“Pour être libérée, la femme doit se sentir libre d’elle-même, non en rivalité avec l’homme, mais dans le contexte de sa propre capacité et de sa personnalité.” – Indira Gandhi

VEENA PULTON

Si les “hommes viennent de Mars” et les “femmes de Vénus”, comme le stipule John Gray dans son livre paru en 1992, la parité homme-femme serait alors un mythe puisque Mars et Vénus sont deux planètes foncièrement opposées. Mais l’histoire nous a enseigné que l’égalité des genres est bel et bien une réalité même si elle demeure une bataille qui n’est pas encore gagnée.
Depuis que nos aïeux venant d’Europe, de Madagascar, d’Afrique, d’Inde, de Chine ou d’ailleurs, ont foulé le sol de notre chère patrie, que du chemin parcouru ! Nous avons acquis des droits pour nous défendre ainsi que pour faire entendre nos voix. Des lois ont été votées pour nous protéger contre toute forme de discrimination. Mais vous direz peut-être que, dans certaines sphères, il y a encore des fossés et des lacunes à combler comme dans notre Parlement fraîchement élu, où nous y sommes encore une infime minorité et où ce sont les hommes, qui, en grande majorité, décideront de notre avenir de citoyenne.

Si j’ai choisi de vous présenter le livre de Sheryl Sandberg “Lean in – Women, Work, and the Will to Lead”, c’est que l’auteur parle de nous, les femmes. Dans son ouvrage, elle aborde une nouvelle approche nous concernant et qui nous exhorte à adopter un “lean in attitude” dont la devise est “En avant toutes”, où persévérance rime avec résistance.
Cette Chief Operating Officer (C.O.O.) de Facebook, bardée de diplômes, qui occupe un poste de décisions, évoluant dans un univers patriarcal, est sans nul doute une femme au caractère bien trempé. Mais un jour, suite à un incident, elle se rend compte que, malgré son statut professionnel qui lui confère un pouvoir sans pareil, elle est avant tout une femme comme nous toutes, et que nos priorités diffèrent effectivement de celles des hommes.

En effet, on ne peut nier le fait que chaque femme a ses propres besoins et ses propres désirs, ses forces et ses faiblesses, ses aspirations et ses rêves mais parfois, selon les circonstances de la vie, chacune prend un chemin divergeant. De ce fait, Sheryl Sandberg prône le respect mutuel entre les femmes et l’acceptation de soi. Selon elle, ce n’est surtout pas par manque d’ambition si nous ne faisons pas toutes le même choix de vie. Elle est aussi d’avis que nous sommes parfois enclines à sous-estimer nos capacités et à créer inutilement des barrières qui sont susceptibles d’entraver et de freiner notre émancipation personnelle.

Mais que pense l’auteure de vous, les hommes? D’après son vécu, elle maintient que nous avons tout à gagner si les responsabilités sont partagées. De même, comme l’appui de la gent masculine est un atout non négligeable, elle affirme que si nous nous efforçons de ne pas imposer nos règles de manière impulsive, nous serons sans conteste sur la voie d’une collaboration commune. En outre, elle nous conseille d’éviter de suivre, dans la mesure du possible, la “queen bee attitude”, qu’elle décrit comme une malencontreuse tendance de notre part, à vouloir parfois tout contrôler. Elle est d’avis que ce type de comportement risque de nous porter préjudice.

Même si les mœurs et les mentalités ont évolué et bien que les cultures soient dissemblables, les femmes du monde entier sont confrontées aux mêmes contraintes et aux mêmes obstacles de la vie. Nombreuses sont celles parmi nous, qui s’enferment dans leur coquille et qui souffrent en silence. La peur de l’échec, le sentiment de culpabilité par rapport à la conciliation famille-travail, l’insécurité, la solitude, sont autant d’appréhensions que vit un bon nombre parmi nous au quotidien.

Alors, si vous voulez vous inspirer d’un livre qui dépeint une autre vision de la condition féminine, “Lean it – Women, Work and the Will to Lead”, est un ouvrage qui s’adresse non seulement à nous, mesdames, pour nous encourager à avancer, mais il sollicite aussi votre soutien, messieurs, afin que vous nous aidiez à aller de l’avant.
“No one can make you feel inferior without your permission” – Eleanor Roosevelt.
Bonne lecture !