Le vétéran de la politique Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre des Finances, a connu probablement l’une des plus longues semaines de sa carrière depuis les élections du 11 juin 1982. Ce week-end, avec la fin des manifestations officielles marquant les 24 ans de la république et les 48 ans d’indépendance et de la visite officielle du président malgache en tant que Chief Guest, s’avère être décisif, avec une nouvelle page de Lalyans Lepep tournée. Le départ de Vishnu Lutchmeenaraidoo du ministère des Finances est donné comme une quasi-certitude d’un moment à l’autre.
En fin de semaine, le flou persistait toutefois quant à la forme que prendront les événements sur l’échiquier politique. Les plus optimistes dans le camp du MSM avancent que la formule de rotation des responsabilités ministérielles, avec Vishnu Lutchmeenaraidoo s’installant aux Affaires étrangères, Roshi Bhadain aux Finances tout en cédant le portefeuille de la Bonne gouvernance au chef de la diplomatie Etienne Sinatambou, selon toute probabilité, constitue le compromis politique de la conjoncture pour permettre au gouvernement d’amorcer le virage de la rentrée parlementaire.
Cet arrangement, qui attend d’être peaufiné dans les prochaines heures, a été arrêté dans les grandes lignes dans la soirée de jeudi alors que des sources officieuses faisaient état de « certains mouvements » au ministère des Finances en fin de journée pour confirmer la thèse du départ de Vishnu Lutchmeenaraidoo et l’installation de son successeur en début de semaine prochaine. En tout cas, avec la nouvelle configuration politique qui se dessine, le premier nommé n’aura pas la chance d’occuper les nouveaux bureaux du ministère des Finances, qui sont en voie d’aménagement à la SICOM Tower, initialement connue comme la Gooljaury Tower sous le précédent gouvernement de Navin Ramgoolam.
Mais dans d’autres milieux politiques, l’on semble soutenir que « les jeux sont loin d’être faits » surtout après la publication hier après-midi par Vishnu Lutchmeenaraidoo du poème de Rudyard Kipling intitulé If avec la mention liminaire à l’effet que « Rudyard Kipling ce n’est pas seulement Le Livre de la Jungle. C’est aussi ce poème qui a été une source de grande inspiration sur le plan personnel ». Depuis, des observateurs politiques tentent de décrypter les intentions du ministre souffrant d’une bronchite et n’ayant pas participé aux quatre dernières réunions du conseil des ministres.
Certains d’entre eux y trouvent des signes d’une démission imminente du ministre alors que d’autres s’évertuent à arriver à la conclusion que « cette démarche peut facilement rapporter une révocation » juste après le départ du président malgache demain. Dans les deux cas de figure, le scénario est porteur de nouvelles donnes de bouleversement sur l’échiquier politique avec en perspective la reprise des travaux parlementaires le 29 mars prochain.
En tout cas, dès le début de la semaine, le ton aura changé au ministère des Finances, qui a déjà émis un communiqué pour donner le ton des préparatifs du budget 2016/17, qui devra être présenté à l’Assemblée nationale vers la fin de mai prochain. La date limite pour la soumission des mémoires par les différentes organisations économiques et sociales en vue des consultations prébudgétaires a été fixée au 8 avril prochain.
Le communiqué du ministère des Finances souligne que « in his Mission Statement, the Prime Minister stressed the need for a new economic model which will fundamentally transform our country and propel it to the league of High Income Nations while eliminating absolute poverty and achieving more sustainable development. To attain these goals, the next Budget will focus on more jobs, higher growth, implementing the Marshall Plan against poverty, enhancing the quality of life for all and putting Mauritius on a higher plane of human development ».