LUTTE CONTRE LA DROGUE : Navind Kistnah joue à cache-cache avec l’ADSU

Le Premier ministre dénonce des fuites d’informations exploitées par le réseau de trafiquants de drogue à Maurice et à l’étranger et répète que « mo pou san pitié »
  • L’ADSU et la Customs Anti-Narcotics Team de la MRA sur le qui-vive avec des indications au sujet de trois prochains conteneurs pour le tandem Kistnah-Dewdanee
  • Après les 20 kg d’héroïne du MSC Filomena vendredi, la douane procède à la saisie de deux kilos d’héroïne  et de 25 kg de gandia d’une valeur de Rs 50 M au Aurélie Perrine Terminal dans le port hier

La série de saisies de drogue, principalement de l’héroïne dans le port, se poursuit. Hier encore, la traque des trafiquants a débouché sur la découverte de deux kilos d’héroïne et de 25 kilos de gandia d’une valeur marchande de Rs 50 millions au Aurélie Perrine Terminal dans le port. Cette dernière opération, menée par des éléments de la Customs Anti-Narcotics Team de la Mauritius Revenue Authority, vient s’ajouter aux 135 kilos d’une valeur marchande de Rs 2 milliards du jeudi 9 mars et aux 20 kilos estimés à Rs 350 millions de vendredi. Ces deux dernières saisies, qui ont été exécutées conjointement par la douane avec l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), comportent d’étranges similitudes avec le même mode opératoire — la formule des compresseurs — adopté par les trafiquants. Toutefois, la zone d’ombre à ce tableau de saisies record demeure le fait que celui qui est soupçonné d’être le cerveau pour la logistique, le dénommé Navind Kistnah, âgé de 39 ans, habitant Petite-Rivière, prend un malin plaisir à jouer à cache-cache avec l’ADSU. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, n’a pu faire taire son exaspération hier en parlant de fuites d’informations permettant aux trafiquants de devancer les autorités, comme dans le cas de ce dernier suspect, qui avait déjà quitté l’Afrique du Sud avant la récente mission du Deputy Commissioner of Police Choolun Bhojoo de l’ADSU.
En début de soirée d’hier, des informations circulaient à l’ffet qu’une VIP, susceptible d’intéresser l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) pour le volet de blanchiment de fonds dans cette affaire de trafic de drogue, aurait déjà quitté le pays pour l’Afrique du Sud.
Suite aux derniers développements, les autorités policières se montrent extrêmement prudentes et vigilantes par rapport aux détails qui sont divulgués avant et après les opérations. Le directeur de Kun Management Int Co. Ltd. a pu prendre l’avantage sur l’ADSU à deux reprises. D’abord, il a pu prendre la fuite en se rendant en Afrique du Sud le mercredi 8 mars, soit à la veille de la saisie des 135 kilos d’héroïne dans cinq compresseurs à bord du MSC Ivana. Puis, en dépit d’un mandat d’arrêt international et de l’assistance d’Interpol, ce même suspect a pu quitter le territoire sud-africain avant l’arrivée de la mission du DCP Bhojoo.
 Ce détail a été dévoilé par le Premier ministre, hier, lors d’une cérémonie marquant la fête nationale à Roche-Bois. « Finn ena fuite siposé. Enn finn sover finn ale l’Afrik-di-Sid. Et enn lot zafer aster, fuite même ankor siposé, alors ki no finn avoye la polis laba, li finn fini kit l’Afrik-di-Sid », a-t-il déclaré en soutenant que « kot li pou alle, nou pou swiv li ». Même si à ce jour l’ADSU a évité de confirmer que le même réseau de trafiquants présumés est impliqué dans la nouvelle cargaison de 20 kilos d’héroïne de vendredi, tout indique que tel est le cas en raison de la similitude à différents niveaux.
Les sachets contenant de la drogue portent des inscriptions en arabe comme dans le cas des 136 kilos d’héroïne, avec un premier compresseur contenant 15 sachets faisant 15,2 kilos et le second avec cinq colis d’un total de 5,1 kilos. Les deux compresseurs avaient été placés dans des caisses comme pour la cargaison du 9 mars avant d’être embarqués en Afrique du Sud.
 Aucune indication officielle quant à l’identité des suspects à Maurice, même si les noms de Navind Kisnah et de Geanchand Dewdanee reviennent sur les lèvres. D’autres sources bien informées avancent que les informations dont disposent les autorités, notamment à la douane, poussent à croire que trois autres conteneurs avec les mêmes destinataires sont attendus à Port-Louis dans les prochains jours. La Mauritius Revenue Authority, le South Africa Revenue Service et l’ADSU, qui travaillent en étroite collaboration, sont sur le qui-vive et prêts à passer à l’action le moment venu.
Monde hippique
 Si Navind Kisnah est sur la liste des “Most Wanted Mauritians Abroad” suite au démantèlement de ce réseau de trafic de drogue, le dénommé Geanchand Dewdanee, directeur de Brilliant Resources Consulting Ltd et ancien Special Adviser de Mahen Gowressoo du temps où il était ministre travailliste, continue de clamer son innocence dans cette affaire, tentant d’accréditer la thèse que des faux auraient été commis sur les documents présenté à la douane par Navind Kistnah le 3 mars dernier pour le « processing of the customs declaration ».
 Néanmoins, les commentaires les plus récents du Premier ministre sur cette affaire ne laissent planer aucun doute. Comme pour réfuter toute velléité de connexion avec ce suspect, il a fait ressortir à Roche-Bois hier: « Asterla, akoz enn dimoun ki mo konn bien, enn activis ki partisip dans nou bann kongré, kot milliers dimounn vini, eski sa ve dire ki enn dimoun kan mo konn li bien, mo’nn tir foto are li, mo’nn vinn so konplis ? Mo ti koné mwa. Ala ena sa konpagni-la, so bann directeur-la. Et mo finn dir la polis ale fer vite, ale maille li. »
 Avec la nouvelle cargaison de 20 kilos d’héroïne, l’ADSU se contente d’affirmer que l’enquête se poursuit sans préciser si des arrestations sont à prévoir ou encore si des suspects déjà en détention policière seront interrogés en vue de nouvelles inculpations provisoires en début de semaine. Si dans la soirée de vendredi le DCP Bhojoo, qui avait à ses côtés le directeur des douanes, Vivekanand Ramburun, se félicitait de la collaboration entre l’ADSU et la MRA pour la saisie de deux kilos d’héroïne et de 25 kilos de gandia, un froid se fait sentir depuis hier. D’une part, la douane se plaint l’absence de collaboration de la police alors qu’au QG de l’ADSU aux Casernes centrales l’on ne disposait dans l’après-midi d’aucune information de la douane au sujet de cette opération.
 Par contre, la piste privilégiée pour faire progresser l’enquête demeure celle du money trail, confiée à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), se concentrant sur le réseau de blanchiment d’argent, avec le monde des courses hippiques en toile de fond. Lors de ses différentes sorties politiques en fin de semaine, Pravind Jugnauth a mis en avant sa volonté de lutter contre la mafia de la drogue. « Mo ena perseverans. Kot bizin alle mo pou alle. Mo pa zis fer discours. Li fasil sa, koze ! Boukou kapav fer li. Mais guet rezilta. Guet sa travay ki pe fer, kouma Premye Minis avec sertin dimounn dan lotorite », ne cesse-t-il de répéter.
 Pravind Jugnauth devait enchaîner avec le volet de blanchiment de fonds. « La drog-la, se pa azordi ki li pe rantré. Pa yer. Depi inpe létan. Si ena mafia ladrog, mazinn 135 kg héroine finn sezi enn sel kout, valer Rs 2 milliards. Bizin realize komye zot finn investi : Rs 400 millions ? Rs 500M millions ? Sa bann mafia-la, zot pa finn gagn Rs 400 millions yer sa. Kouma zot pe expoz sa kantité millions-la ? Ki larzan zot pe blanchi ? Mo pa pou kapav donn detay. Mo kone ki travay no finn fer », a-t-il fait comprendre.
L’ICAC se prépare, elle, à une nouvelle offensive dans le monde hippique dans les prochains jours pour dépister la connexion  Kisnah-Dewanee au Champ de Mars.