MAHÉBOURG - DÉCÈS D’UNE FEMME DE 25 ANS : La victime morte d'une « compression du cou » 

Swaraj, un receveur d’autobus de 21 ans, et sa mère Hansaranee Sethul, âgée de 41 ans, tous deux habitant Mahébourg et soupçonnés d’avoir tué mardi soir Shalina Basama-Sethul, l’épouse de Swaraj, âgée de 25 ans, ont été arrêtés hier par la CID de Mahébourg. Tentant de maquiller le crime en suicide, mère et fils voulaient faire croire que Shalina Basama-Sethul s'était suicidée par pendaison.
Sur place, les enquêteurs n’ont pas pris du temps pour découvrir que l’époux avait menti. L’autopsie, pratiquée par le Dr Sudesh Gungadin, a en effet révélé que la victime, employée de banque, est morte d’une compression du cou et qu’elle portait des traces de blessures au cou. Le suspect et sa mère, qui ont retenu les services de deux hommes de loi, nient toute implication dans ce meurtre. Ils ont été placés en cellule. Selon nos sources, ils seront interrogés par la MCIT, qui a pris l’affaire en main depuis hier.
Interrogé, le suspect avait déclaré aux enquêteurs s’être rendu dans une boutique de la localité et qu’il avait découvert que sa femme se serait pendue avec un “horni”. Et d'ajouter que dès qu’il aurait fait cette découverte, il aurait appelé sa mère et sa sœur avant d’alerter la police.
La mère de la victime a confié au Mauricien ce matin qu’elle avait appris la mort de sa fille par un préposé de l’hôpital de Mahébourg. « Mo pa ti kone si mo tifi ti deza dan lopital. Letan mo ariv laba, mo trouv lekor mo tifi anvlope dan enn dra blan. Mo pa ti panse ki enn zour mo ti pou trouv li dan sa leta-la. Mo ti touzour gard li kouma enn fler. Mo bizin konn laverite, ki finn ariv mo tifi », a dit la mère. En attendant, chez les Basama, à Trois-Boutiques, c’est l’incompréhension totale. L’un des proches de la victime veut lui aussi connaître les circonstances dans lesquelles Shalina a trouvé la mort. « On entend plusieurs versions. On veut connaître toute la vérité », dit-il.

BOIS-CHÉRI
Charge de “serious assault” contre le père d’une ado

Un peintre de 37 ans, domicilié à Mambahall Lane, Bois-Chéri, soupçonné d’avoir agressé sa fille de 14 ans, pendant que cette dernière était sur son portable, a été arrêté mardi.
Le père aurait reproché à sa fille d’être trop souvent accrochée à son portable. Mécontente, la fille aurait injurié son père. Ce dernier aurait alors donné un coup de gourdin à l’adolescente, qui a ensuite perdu connaissance. Gravement blessée, elle a été conduite aux soins intensifs de l’hôpital de Rose-Belle où elle est toujours admise. Son état de santé inspire de graves inquiétudes.
Interrogé, le père a déclaré qu’il a effectivement agressé sa fille. Il a été traduit devant le tribunal de Souillac. Une charge provisoire de « serious assault » a été retenue contre lui. La police ayant objecté à sa remise en liberté, il a été reconduit en cellule policière.