"A MAIDEN" OF MAURITIUS DE JOHN GORRIE : Un roman passionnant, découvert accidentellement

A la fin du 19e et début 20e siècle bien des officiers, cadres et mêmes ceux qui ont occupé les plus hautes fonctions dans les colonies de l'Empire britannique ont publié les réminiscences ou mémoires de leur affectation au fin fond de l'empire. Leur public était on ne peut plus réceptif.
On peut bien imaginer un farmer dans un cottage dans le Sussex lisant à sa nombreuse famille les récits d'un lieutenant des Scots Guards affrontant seul des rebelles dans une vallée perdue à la frontière nord-ouest de l'Inde, ou bien dans le confort d'une mansion de Londres le choc provoqué par la scandaleuse affaire que la Lady du Gouverneur aurait eue avec son aide de camp. Quand ce n'était pas carrément les innombrables bals du Gouverneur, les interminables cigares et Cognac sur la véranda et le thé dans le salon pour les dames.
John Gorrie, qui a été dans le judiciaire à Maurice, quant à lui, laisse pour la postérité une œuvre littéraire qui n'a été publiée que récemment. Le manuscrit fut découvert accidentellement par ses descendants et le travail de transcription a été réalisé par J. Allen et J. Ayler et le tout édité par M. Carter et S.M.Toorawa.
John Gorrie (plus tard Sir) fut un juge impartial et qui s'opposa (et connut l'opposition) à la frange de l'élite blanche de l'île et ses préjugés et injustice vis-à-vis de la population non blanche. Il prit position maintes fois contre ces injustices et son roman sans surprise reflète cet état de choses.
"A Maiden Of  Mauritius" peut se traduire par Une Demoiselle de l'île Maurice. Ce personnage dans le roman est Estelle Beauvallon, une jeune et belle créole (blanche née dans l'île). Un officier anglais Jack Montgomery s'éprend de la jeune demoiselle et son rival s'avère être le voisin Isidore Amirantes, un coureur de jupon notoire. Il apparaît qu'Estelle a dans le sang un soupçon de gène africain. Autre protagoniste du roman est Jean, un ouvrier de sang mêlé et qui fait face à un procès. L'œuvre peut être considérée comme un roman explicatif comme si Gorrie voulait aussi introduire à son public l'île, ses mœurs et le fonctionnement de la justice insulaire. Les descriptions d'une partie de chasse (qui finit mal), les effets d'un cyclone, la vie dans un camp de coolie et les déprédations d'une épidémie de choléra donnent bien un aperçu de l'île à la fin du 19e siècle. 
L'ouvrage, avec ses trente chapitres (280 pages), les uns aussi intéressants que les autres, est sorti chez Pink Pigeon Press sous le parrainage du Hassam Toorawa Trust. Pour se procurer du roman, veuillez utiliser cette adresse électronique : marinadcarter@yahoo.co.uk  


John Gorrie
Né en 1829 en Ecosse il devient avocat en 1856 et fut membre du Royal Commission à la Jamaïque après des troubles. En 1869 il occupa le poste de procureur général à Maurice et Puisne Judge quelque temps après. Ses prises de position en faveur des immigrants et créoles ne fut pas du goût de la population blanche d'origine française. En 1876, il était Chief-Justice au Fiji et plus tard au Leeward Islands et Trinidad où ses défenses des opprimées lui valurent des éloges, mais aussi des ennemis. Il mourut en 1892. 
Nous pouvons compléter avec cet extrait du texte "Biography of John Gorrie" qui paraît sous la signature de Judy Allen en fin d'ouvrage :
"La vie de Gorrie était un mélange de politique — coloniale, inter-départementale et personnelle; drame d'audience; comédie à la fois noir et blanc (dans tous les sens); et la tragédie. Tout ce que les gens lui disaient ou disaient de lui, et aussi difficiles qu'ils rendaient les choses pour lui, il ne se laissait jamais intimider ni détourner de ses convictions. Certains prétendaient qu'il était 'rude et vulgaire dans ses manières... et pas un homme à inspirer confiance', un autre d'être 'un des défenseurs les plus ardents, capables et désintéressés de la réforme'. Il était énergique, d'un caractère emporté, humoristique, parfois brusque, et intransigeant. Mais tout au long de sa carrière de juge colonial, il a combattu énergiquement les colons blancs qui ont abusé de leurs positions de force et de responsabilité."