MALADIES INOPÉRABLES: Georges Ah Yan demande un meilleur accès pour tous aux soins

Georges Ah-Yan, porte-parole du Forum Citoyen Libre (FCL), a tenu un point de presse, vendredi, au Centre Social Marie Reine de la Paix, lors duquel il a fustigé les injustices sociales dans le secteur de la santé, particulièrement dans cette tranche de la population la plus vulnérable. Les sujets abordés: le droit à la santé pour tous, à un meilleur soin hospitalier et le financement des opérations chirurgicales non pratiquées à Maurice.

Georges Ah-Yan a dénoncé l'injustice sociale et le mépris des autorités face aux personnes souffrant de maladies incurables et/ou inopérables à Maurice et se trouvant au bas de l'échelle. Une injustice qui est la cause de mortalité chaque année chez ces personnes qui ne peuvent bénéficier des soins appropriés, faute de moyens. "Chaque année, environ 250 victimes de maladies, inopérables à Maurice, doivent trouver le financement pour les soins à l'étranger. Les soins coûtent chers et les dépenses de santé sont à la charge de ces patients. Très souvent, les slogans ne suffisent pas pour réunir la somme nécessaire. Sur 1400 cas de cancer en 2010, 1150 à 1000 personnes sont décédées, n'ayant pas reçu les soins appropriés. C'est de l'injustice sociale car des centaines de millions de roupies servent à des choses moins importantes", a dit le porte-parole du FCL. 

Pour les patients qui doivent se rendre à l'étranger afin d'obtenir des soins, 20% du billet d'avion leur sont offerts par la compagnie aérienne nationale. "Mais que représente 20% sur un billet d'avion qui coûte Rs 30 000 pour les personnes pauvres?", s'interroge-t-il. 200 billets d'avion représentent environ Rs 4m annuellement, "j'aimerais savoir où se trouvent les Rs7.6m du CSR? Le gouvernement compte plus de 51% d'action dans la compagnie Air Mauritius, et c'est l'argent des contribuables", a indiqué Georges Ah-Yan, qui dit se battre pour le droit à la santé pour tous. 

Pour lui, il est inadmissible que des personnes continuent de souffrir parce qu'un appareil de chimiothérapie qui date de 15 ans cesse de fonctionner pendant 7 mois. "Les citoyens doivent bénéficier des services essentiels, tous également. Nous devons être égaux face à la santé et égaux, par conséquent, devant la mort", a-t-il conclu. Le porte-parole de la plate-forme a aussi invité des chefs religieux à cette conférence "pour leur soutien spirituel", a-t-il laissé entendre.