Arrêtée en janvier 2013 avec Rs 6 M d’héroïne dissimulées dans le corps, Tiaraza Syldette Ratolimevasoa, une femme de ménage malgache de 32 ans, a comparu devant les Assises hier. Me José Moirt, commis d’office pour assurer sa défense, a demandé plus de temps à la cour pour s’entretenir avec sa cliente en vue de décider de la marche à suivre. L’avocat a aussi fait savoir qu’il n’avait toujours pas reçu les documents par rapport au procès. Tiaraza Syldette Ratolimevasoa devra être de retour en cour le 25 mai.
La Malgache était arrivée à Maurice à bord du vol MD 186 en provenance de Madagascar. Des renseignements en possession des officiers de l’ADSU indiquaient qu’elle transportait de la drogue dans son corps. Une opération avait été montée le jour son arrivée à Coco Villa, à Mahébourg, où Tiaraza Syldette Ratolimevasoa devait séjourner. Après une descente de l’ADSU, la Malgache avait été transférée à l’hôpital Jawarharlall Nehru pour subir une radiographie. Le rapport des analyses devait confirmer la présence de « foreign bodies ». Devant ces faits accablants, elle avait fini par avouer avoir avalé des boulettes d’héroïne à Madagascar sur la base d’instructions pour fournir le marché mauricien. Tiaraza Syldette Ratolimevasoa avait expulsé un total de 36 boulettes avant de quitter le centre hospitalier.