MANIF SAMEDI À ROSE-HILL : La menace d’une grève générale brandie

La manifestation de samedi contre la discrimination salariale est la toute première organisée par le Trade Union Consultative Council

Les intervenants à la manifestation pacifique organisée samedi à Rose-Hill par le Trade Union Consultative Council (TUCC) ont tous appelé à la mobilisation des travailleurs du secteur privé pour lutter contre la discrimination salariale à leur égard. Criant leur ras-le-bol, ils ont brandi la menace d’une grève générale pour se faire entendre des autorités.
« Tan ki ou pa pou desann dan lari, ou na pa pou gagne narien ! » a lancé le syndicaliste Reeaz Chuttoo à ceux qui se sont déplacés samedi dernier en début d’après-midi pour venir manifester dans les rues de Rose-Hill à l’appel du Trade Union Consultative Council (TUCC) contre la discrimination salariale à l’égard des 450 000 travailleurs du secteur privé. Le TUCC, qui regroupe 11 fédérations syndicales, est une confédération syndicale nouvellement créée.
« Aret fer manifestasyon sinbolik ! Nou nepli enan konfians dan bann institision. Nou problem na pa pou regle si nou kontinie fer konfians bann institision, zot pourri. Zot mars ar kapitalis. Inn ler nou desann dan lari, nou fer enn lagrev zeneral pou ki bann zafer bouze », a lancé le syndicaliste avec véhémence.
Pous soutenir ses dires, Reeaz Chuttoo a cité le cas des employés de la CNT, du port et celui des enseignants du privé qui n’ont vu les choses évoluer que quand ils ont menacé d’avoir recours à une action syndicale. Il a également cité la hausse de la redevance télé et dénoncé la volte-face des ministres Shakeel Mohamed et Anil Baichoo dans l’affaire de la CNT. « La verite, seki bann minis ek bann dirizan ki pe diriz nou, zot pli anti-travayer ki anti-travayer ! Vwa-la ki fer inn ler pou ou bouze », a-t-il expliqué.
L’orateur s’en est par ailleurs pris à Voice of Hindu pour les commentaires de ses dirigeants dans l’affaire de la CNT. Il les accuse d’agir contre les intérêts des travailleurs. « Bizin denons zot ! Zot santi zot for, parski nou res trankil. Travayer tro ress trankil dan sa pei-là », a-t-il lancé.
Reeaz Chuttoo a insisté sur la nécessité de voter une grève générale. « San lagrev, narien na pa pou bouze. Si bizin swiv prosedir pou enn lagrev legal, nou ava swiv prosedir », a-t-il ajouté.
Succédant à Reeaz Chuttoo, Jane Ragoo, autre porte-parole de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), a fait remarquer que les travailleurs n’obtiennent quelque chose du gouvernement que quand ils crient leur désespoir. « Ki ou dan CNT, dan lepor, dan APEIM, eski li normal ki ou bizin krie ou soufrans, ou bizin desann lor lari pou ki gouvernman ekout ou ? » s’est-elle demandé. Elle a affirmé que les 450 000 travailleurs du secteur privé, qui sont sous-payés et exploités, ignorent leur force. « Travayer sekter prive, nou enn lafors, me nou pa kone, alor nou pa bouze », a-t-elle fait remarquer. Elle a dans ce contexte plaidé pour l’unité des travailleurs pour faire bouger les autorités. « Inn aret ler travayer plore lor radio. In ler zot desann lor sime, zot fer konn zot soufrans ».
Le syndicaliste Deepak Benydin a lui dénoncé « saler de faminn de la mazorite travayer dan pei ». « Nou tou ansam, ki ou travay dan gouvernman ou dan sekter prive, nou bizin konbat sa diskriminasion-la. Se enn konba pou dignite bann travayer pei », a-t-il insisté.
Le président de la Federation of Trade Unions of the Construction, Wood and Metal Sector, René Lafond, a ciblé le ministre du Travail Shakeel Mohamed. « Depi oktob 2011 nou finn signe ek BACECA, enn lakor ki donn travayer konstriksion 15% ogmantasion saler. Minis, sou pretext ki ena lantrepriz pa pou kapav paye, finn blok sa, pa finn envoy sa NRB, ek finn priv 45 000 travayer konstriksion enn ogmantasion saler. Si bizin fer go slow, nou pou fer go slow », a-t-il menacé.
Le syndicaliste Atma Shanto a, pour sa part, plaidé pour l’unité syndicale. « Seule l’unité des travailleurs à la base et celle des dirigeants syndicaux fera avancer la lutte des travailleurs », a-t-il affirmé.
Neetoo Roopah, une déléguée des employés de la CNT, a déploré les salaires dérisoires de ceux-ci. « Li pa posib ki apre 30 tan, ena travayer dan CNT ankor pe gagne zis Rs 10 000 par mwa », a-t-elle lancé en appelant à l’unité des employés de la CNT pour faire changer les choses.
C’est le président de la Federation of Progressive Unions, Enrico Permal, qui a présidé cette manifestation. Il a déclaré que le TUCC a été fondé pour donner plus de force aux revendications des travailleurs.


Les revendications du TUCC
1. L’introduction d’un Salaire Minimum Social indexé au coût de la vie pour permettre à tout un chacun de vivre décemment.
2. La mise en place d’un mécanisme pour une meilleure distribution des richesses à Maurice pour diminuer l’écart qui se creuse de plus en plus entre les riches et les pauvres.
3. L’introduction d’un Portable Severance Allowance Fund, dans lequel les employeurs devront verser pour chaque mois de travail l’équivalent d’une journée de salaire de leurs employés. A leur mise à pied ou à leur retraite les travailleurs pourront ainsi toucher une indemnité, même s’ils auront changé plusieurs fois d’employeurs durant leur carrière.
4. Proclamation de l’amendement pour réglementer un “shift work” de 8 heures par jour et le paiement obligatoires d’heures supplémentaires au-delà de cette période pour tous les travailleurs sans distinction.

Commentaires

I am not sure , whether you are going to publish my comments. I just wanted to say that workers in this country, whether being in the public or private sector and are underpaid. The Prime Minister and other ministers, are allowed to get over A HUNDRED THOUSANDS OF RUPEES per month, but an employee of the CNT, gets only Rs10,000.00 per month, after been employed for over 30 years. This is outrageous, unfair and unacceptable.