Les Collectivités locales et la mairie de Port-Louis ne comptent pas faire marche arrière. Dans une déclaration au Mauricien à la mi-journée, le ministre Anwar Husnoo a affirmé : « Il est dans l’intérêt des marchands ambulants qu’ils coopèrent et occupent les sites prévus. Il faut qu’ils comprennent que les autorités ne sont pas contre eux, mais oeuvrent plutôt en leur faveur. Le gouvernement a commencé un travail et je vais m’assurer de le finir. » Interrogé quant au fait que des membres du gouvernement ont rencontré les colporteurs hier, il rétorque : « Pas question de négocier avec les marchands ambulants et pas question de céder. »
Le Lord-Maire, Oomar Kholeegan, qui a rencontré hier les représentants des marchands ambulants, réfute pour sa part les points des colporteurs : « Les marchands ambulants disent que leur étal alloué est trop étroit, soit 1m40, mais l’espace qu’ils occupent dans les drains est de 60 cm. Nous y avons aménagé toutes les aménités, dont des toilettes. Concernant les risques d’inondation, j’ai visité le site de Decaen lors de récentes inondations de février dernier et je peux dire que le site était sec », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Hyder Raman affirme que 100 marchands ambulants n’ont pas été recensés et je lui ai demandé de nous envoyer la liste des noms de ces personnes, mais nous n’avons jusqu’à l’heure jamais reçu cette fameuse liste. Nous leur avons de plus accordé une période moratoire, soit du 1er au 15 mars dernier, pour s’installer. » Le Lord-Maire conclut qu’il y a un jugement de la Cour suprême à faire respecter et que les colporteurs vont devoir se plier aux règlements.