À MARE D’AUSTRALIA : La BATTERIE selon Mathieu

Mathieu Carosin et ses élèves lors de la journée contre la drogue synthétique, l’année dernière

Mathieu Carosin Drum School est une école de batterie créée en 2002 par Mathieu Carosin à Mare d’Australia. Quinze ans après les débuts, le batteur de 28 ans raconte à Scope le parcours de son école et comment il partage sa passion pour la batterie avec ses élèves.
8h40. À peine arrivé à l’école, Grégory Jasmin, 10 ans, se met derrière la batterie et dépose son cahier de musique sur le pupitre pour pouvoir lire la partition qu’il devra jouer devant toute la classe. Sans doute un peu anxieux par la présence de Scope, l’un des plus petits de la bande commence à donner le rythme. Quelques secondes plus tard, Mathieu Carosin vient à son aide et lui montre la prise allemande, une technique d’utilisation de la baguette. “Pour jouer à la batterie, il suffit de jouer quelques notes en rebondissant la baguette à son point d’équilibre, que l’on écrase sur la peau synthétique du tom basse, une caisse posée sur trois pieds ayant un son plus grave.”
De tels conseils, Mathieu Carosin ne se prive jamais de les donner à ses élèves, âgés entre 6 et 45 ans. Ceux qui fréquentent cette école de batterie atypique n’apprennent pas uniquement la maîtrise de l’instrument. La discipline est de rigueur et les règles s’appliquent à tout le monde. “Il pleut beaucoup aujourd’hui; mais les autres jours, si quelqu’un arrive en retard, il doit faire des exercices supplémentaires. Comme dans une école classique, on frappe avant d’entrer. Nous sommes tous proches, mais je me dois d’inculquer les bonnes valeurs à mes élèves afin qu’ils soient non seulement de bons batteurs mais des gens qui savent respecter les autres”, confie cet ancien de l’Atelier Mo’Zar, qui s’est bâti une belle réputation sur la scène locale.

Des élèves de divers horizons.
En 2002, Mathieu Carosin a débuté son école avec dix élèves. C’est son père qui a construit les deux pièces qui lui servent de classe pour l’aider à accomplir son rêve de gosse. Il offre le même enseignement à ses élèves, qu’ils soient débutants ou non. “Quand j’ai commencé à donner des cours, il y a quinze ans, je l’ai fait pour que les jeunes de mon quartier aient un passe-temps pour ne pas qu’ils soient touchés par la drogue et l’alcool”, confie celui pour qui la batterie est une histoire de famille. Car Mare d’Australia, sous ses airs tranquilles, n’est pas épargné par les dangers qui guettent les jeunes.
“Tenez la baguette autrement, sinon elle va tomber”, dit l’enseignant à ses élèves. Le musicien n’a pas toujours officié à l’arrière-cour de sa maison à Mare d’Australia. En 2009, un ami lui avait confié un studio à Plaisance. “Au début, j’ai eu beaucoup d’élèves, mais au fur et à mesure, il n’y avait plus grand monde. Je ne pouvais pas être à Mare d’Australia et à Plaisance à la fois. J’ai dû fermer l’école de Plaisance car j’avais un emploi du temps surchargé.”
Aujourd’hui, ils sont une trentaine à prendre des cours chez lui. Ils viennent de divers horizons pour apprendre les rudiments de la batterie. “À l’époque, les réseaux sociaux n’existaient pas. Cela se passait de bouche à oreille. Maintenant, c’est moins compliqué de me faire connaître. Mes élèves viennent de plusieurs endroits de l’île.” C’est le cas de Comalen Theroovengadum, 19 ans, qui habite Chemin Grenier. “J’ai pris connaissance de cette école de batterie sur Instagram. Cela ne me dérange pas de parcourir tous ces kilomètres chaque samedi. Cela fait un an que j’y suis et je me plais à apprendre la batterie.”

Sport et musique.
Mathieu Carosin a accompagné plusieurs chanteurs et groupes locaux, dont Mr Love, Damien Elisa et Blakkayo, pour ne citer que quelques-uns. Il laisse jouer sur de grandes scènes ceux de ses élèves qui sont prêts. “Je viens depuis que j’ai 14 ans et je peux vous dire que j’ai beaucoup appris de mon mentor”, confie Mathieu Dinan, 18 ans et habitant Bois d’Oiseaux. Le jeune homme a joué notamment lors du précédent Reggae Donnsa et pour le Festival Kreol.
Mathieu Carosin a donné l’occasion à ses élèves de se produire lors de la journée contre la drogue synthétique. De temps en temps, il organise des journées dédiées au sport pour que ses élèves aient plus d’endurance. Car jouer de la batterie implique aussi d’avoir de bonnes dispositions physiques.
Visant toujours plus haut, Mathieu Carosin souhaite lancer une école de batterie à Rodrigues. “À chaque fois que je m’y rends pour des concerts, certains Rodriguais me demandent quand je vais ouvrir une école chez eux.” Il prévoit également une autre école à Maurice afin que ceux qui désirent avoir une formation à cet instrument puissent en bénéficier.

Appel à l’aide au MCDS
Pour le bon apprentissage des élèves de la Mathieu Carosin Drum School et pour ceux qui souhaitent intégrer l’école, le batteur lance un appel à l’aide. L’école est actuellement en manque d’instruments. Mathieu Carosin espère pouvoir se procurer plus de batteries et de percussions afin d’améliorer la qualité de l’initiation à ces instruments.