Ismaël Nazir

Le leader du Front Libération National semble être en faveur du mariage des mineurs. En conférence de presse, à Port-Louis, le vendredi 6 juillet dernier, les journalistes ont sollicité la réaction du leader du parti, Ismaël Nazir, sur la question. Ce dernier a fait ressortir que chaque croyance « est protégée par une “personal law”, garantie par la Constitution qui est au-delà de toute autre loi ». 

Le pays, a dit Ismaël Nazir, est composé de plusieurs communautés et ethnies. Selon lui, le gouvernement a le devoir de prendre soin de toutes les communautés. Il est d’avis que chaque religion peut être protégée par une “personal law”, garantie par la Constitution. « Chaque religion a une croyance, qui est protégée par cette “personal law”. La Constitution qui garantit cette “personal law” est au-delà de toutes les lois à Maurice. Donc, si une religion permet le mariage d’un enfant ayant atteint l’âge de puberté et si cela est garanti par une “personal law”, il n’y a pas de problème. Toutefois, mon avis personnel est tout autre. Sur le plan personnel, je suis contre le mariage d’un enfant », a-t-il précisé.

Le leader du FLN a évoqué un « deuxième coup d’État », expliquant que la commission d’enquête initiée sur l’ancienne présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, « est une stratégie pour faire passer du temps jusqu’à ce que ce gouvernement complète son mandat dans la sérénité ». Pourtant, a-t-il dit, ce n’est pas ce que la population réclame. « La population souhaite une commission d’enquête sur l’homme d’affaires Alvaro Sobrinho. Mais ce n’est pas le cas. Je trouve que c’est une stratégie pour empêcher Ameenah Gurib-Fakim de revenir au poste de présidente de la République. Donc, au FLN, nous estimons que c’est un deuxième coup d’Etat », a affirmé Ismaël Nazir.

Commentant le phénomène de la drogue à Maurice, Ismaël Nazir a prétendu que « le clan Jugnauth est impliqué dans le financement de la drogue ». « Le nom de Pravind Jugnauth a été cité devant la commission d’enquête sur la drogue. De plus, dans les années 80, sous le règne de SAJ, la drogue faisait ravage à Maurice. Il y avait l’épisode des Amsterdam boys. Par ailleurs, dans l’affaire Navin Kistna, le Premier ministre dit avoir négocié avec un chef du gouvernement d’un autre pays pour le ramener à Maurice. Je trouve dommage que le commission d’enquête n’ait pas mené une enquête à ce sujet. Pourtant, elle détient tous les pouvoirs selon les “terms of reference” », a indiqué le leader du parti.

Ismaël Nazir a ainsi lancé un appel à SAJ, l’invitant à venir dénoncer les trafiquants de drogue. C’est ainsi, selon lui, qu’on pourra en finir avec ce phénomène de la drogue à Maurice. « Pourquoi ne vient-il pas dénoncer les trafiquants, ne serait-ce que pour libérer sa conscience ? Je lui demande de parler, même sous l’immunité parlementaire. Il est le seul à pouvoir arrêter le trafic de drogue à Maurice car il est le ministre responsable de la force policière », a-t-il dit.

Pour sa part, le président du mouvement, Amika Bhujun, réclame une enquête sur le transfert de bail, impliquant l’ancien ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun et son fils Umeir Soodhun. « Personne n’est au-dessus de la loi. C’est le devoir de l’ICAC d’ouvrir une enquête afin de suivre cette affaire de près », a-t-il ajouté.