Mary Joanne Prosper, 35 ans, est une femme qui croque la vie à pleines dents. Cheveux ondulés en cascade, sourire radieux, elle donne l’impression de profiter de son passage sur Terre en mettant de côté les soucis du quotidien.

Célibataire, elle vit avec ses trois enfants à Quatre-Bornes. L’aîné est autiste. Mary Joanne Prosper a découvert ce handicap et a décidé de devenir éducatrice spécialisée pour enfants autistes. Depuis 2012, elle exerce chez Autisme Maurice.

Elle pratique la danse depuis toute jeune. Pendant ses années de collège, elle consacrait des soirées à danser dans quelques hôtels. Elle pratique aujourd’hui plusieurs types de danses, notamment la danse du ventre, qu’elle affectionne particulièrement. “Je suis dans l’animation depuis 1997. J’ai débuté avec le groupe Mo Mam Twa, avant de me produire dans des hôtels. Ensuite, j’ai créé le groupe Fire Angels avec mon ex-mari, avant de créer mon propre groupe, Jdance Pro Entertainment. L’argent que je touchais m’a permis de poursuivre mes études.”

La danse est sa plus grande passion. C’est elle qui lui permet d’être elle-même et d’être en osmose avec sa personnalité. “La danse est quelque chose de très important dans ma vie. C’est là que je vis et que je m’épanouis.”

Son autre passion, ce sont les tatouages. Elle en a cinq, qu’elle affiche fièrement. “Les tatouages, c’est un art qui me plaît beaucoup. Ma famille est dans le domaine et c’est un peu normal que j’aime cela.”

La boîte à questions

Notre invitée a plongé sa main dans notre boîte à questions. Et le hasard lui a imposé ce qui suit.

Si vous deviez changer un trait de votre personnalité, quel serait-il ?

Mon caractère, ma tendance à être colérique. Je suis une personne assez spontanée et impulsive, j’ai tendance à réagir au quart de tour. Dès qu’on me lance une pique, j’en fais de même. C’est un trait de ma personnalité que je n’aime pas et que j’aurais aimé changer. J’aurais souhaité être plus douce.

Avec quelle vedette de la chanson entamerez-vous un duo ? Et pour chanter quoi ?

Je suis une grande fan de Beyonce, je l’adore. J’écoute toutes ses chansons, mais celle qui m’a le plus marquée, c’est Listen, tiré du film Dreamgirls. Je voudrais la chanter avec elle parce que je m’identifiais beaucoup à cette chanson à l’époque. Cette chanson parle de quelqu’un qui n’arrive pas à se faire entendre et se faire comprendre. J’avais l’impression de vivre cela : pas comprise, pas entendue et toujours en train d’aller dans le sens de tout le monde et pas dans le mien. Cette chanson m’a permis de m’extérioriser un peu plus.

Qu’offrirez-vous au Premier ministre s’il vient chez vous à l’heure du dîner et de quoi lui parlerez-vous ?

Puisque j’aime tous les plats typiquement mauriciens, je lui offrirai un riz blanc, un bouillon de bred, un chatini de poisson salé et un koutia de mangue.

Je lui parlerai de l’autisme. C’est un sujet qui me tient à cœur. J’ai un fils de 15 ans qui est autiste. Mon rêve est qu’il y ait plus de soutien aux autistes. Comme Autisme Maurice, la seule école spécialisée dans ce domaine. Avant, quand mon fils fréquentait des écoles du circuit régulier, les professeurs ne voulaient pas de lui en classe. Ils ne savaient même pas ce qu’était l’autisme. Il y a une trop grande méconnaissance de ce handicap, même chez des médecins. Il faut former davantage de gens pour s’occuper des personnes atteintes d’autisme.

Quelle est votre plus grande frousse ?

Koulev ! (rires). Ça remonte à mon enfance. Je viens d’une famille modeste qui vivait dans une maison en tôle et en bois. Nous en voyions ou entendions ramper pratiquement tous les soirs. Un soir, il y en a une qui est tombée du toit pour atterrir sur mon dos. J’ai crié, je l’ai poussée, je me suis sauvée, j’ai pleuré. C’est devenu une phobie. Jusqu’à présent, j’en ai très peur.

L’année d’avant, mon fils m’a dit qu’il a vu un “serpent marron” près du sapin que nous venions d’enlever de la maison. J’ai deviné ce que c’était, je n’ai même pas pu aller voir. Je me suis rendue à l’autre bout de la maison et j’ai pleuré. Le lendemain, j’ai vu sa peau près de la poubelle, ce qui veut dire qu’elle était dans la maison. Je n’ai pas pu dormir chez moi pendant plusieurs jours.

Si on vous donne la possibilité de vivre une journée dans la peau d’une autre personne, qui choisirez-vous et pourquoi ?

Michelle Obama. Elle représente la femme distinguée et forte. Elle a toujours été un soutien pour son époux. C’est une grande dame. Parmi toutes celles qui sont passées à la Maison Blanche, c’est celle à laquelle j’aurais aimé le plus ressembler.

En quel animal aimeriez-vous vous réincarner ?

Une tortue de mer. Je les ai toujours aimées. C’est pour cela d’ailleurs que j’ai un tatouage en forme de tortue de mer. Lorsque j’habitais à Trou d’Eau Douce, j’ai eu l’occasion de voir une tortue de près alors que j’étais sur un bateau, pendant que mes amis faisaient de la plongée. J’étais émerveillée. Cela a aussi un rapport avec l’océan et les voyages.

Pensez-vous que nous sommes seuls dans l’univers ?

Non, je ne le pense pas. Pourquoi devrions-nous avoir la prétention que nous sommes seuls dans l’univers ? D’après les scientifiques, la vie sur Terre a été peuplée d’êtres vivants grâce à une cellule tombée dans la mer. Cette cellule doit bien sortir de quelque part. Je ne crois pas dans les petits bonhommes verts, mais je pense que nous ne sommes pas seuls. Pourquoi n’y aurait-il pas une autre planète peuplée d’êtres comme nous ?

Que direz-vous à Dieu quand vous le verrez ?

De me pardonner pour mes pêchés (rires). Pour être tout à fait honnête, j’ai pêché, intentionnellement ou pas. Quand je le verrai, je lui demanderai de faire que je sois un homme dans ma prochaine vie. J’ai beaucoup de caractéristiques d’un garçon manqué. J’ai un caractère assez fort. Il y a plusieurs autres choses qui me font penser que je devrais être un homme dans une autre vie.

C’est officiel, le Père Noël existe et lit cette rubrique. Que souhaitez-vous lui demander ?

Déjà, je voudrais une voiture (rires). Plus sérieusement, je voudrais des bons de cadeaux illimités. Mes trois enfants me demandent toujours beaucoup de cadeaux. Quand tu fais les comptes mensuels, tu te rends compte que tu n’as plus rien. Avec ces bons, je pourrais leur offrir tout ce qu’ils me demandent pour Noël.

Qu’est-ce qu’une belle journée pour vous ?

Une journée à la plage avec mes enfants ou une sortie avec mes amies au cours de laquelle on visiterait tous les parcs d’attractions. J’aime toutes les activités qui font monter l’adrénaline. Certaines personnes ont besoin de se faire masser pour se relaxer. Moi, j’ai besoin de sensations fortes.