Le 45e anniversaire de l’établissement diplomatique entre la Chine et Maurice a été marqué hier par une réception organisée à l’ambassade de Chine, à Belle-Rose. L’occasion pour l’ambassadeur Li Li de revenir sur l’évolution de la relation entre nos deux pays.
Dans un discours prononcé pour le 45e anniversaire de l’établissement diplomatique entre la Chine et Maurice, l’ambassadeur Li Li, qui est arrivé au terme de son mandat de quatre ans dans l’île, a observé que « Maurice est devenue une destination de rêve pour les touristes chinois ». Cette réception à l’ambassade de Chine a été marquée par le lancement d’une série de timbres commémoratifs par la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, et le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a, lui, rendu hommage à la diaspora chinoise « sans laquelle Maurice n’aurait pas été ce qu’elle est aujourd’hui ».
C’est en 1972 que Maurice et la Chine ont signé un accord conjoint sur l’établissement des relations diplomatique après que le Premier ministre d’alors, sir Seewoosagur Ramgoolam, ait décidé de reconnaître une seule Chine à travers la République populaire de Chine. « Au cours des 45 ans, les deux pays ont travaillé main dans la main dans leurs efforts pour l’édification et le redressement national, dans le respect, la solidarité et l’assistance mutuelle », a déclaré Li Li.
L’ambassadeur a rappelé que le vieux terminal de l’aéroport a été réalisé dans les années 80’avec l’assistance chinoise. « À l’époque, la Chine était loin d’être un pays riche, mais a fourni des aides sincères aux amis mauriciens, qui bien sûr travaillaient également dur sur le chemin du développement national », a souligné l’ambassadeur chinois. Il a ajouté que la nouvelle aérogare a été financée et construite par la Chine et est devenue « une référence internationale pour Maurice ». Et de poursuivre : « Les deux terminaux sont en fait le symbole de la coopération sino-mauricienne qui est ancrée dans l’histoire. Elle se développe sans discontinuer. »