MAURICE-SEYCHELLES : Une vingtaine d’accords de coopération conclus depuis 1991

Plusieurs axes d’échange bilatéral et d’intégration régionale ont figuré à l’agenda de la commission mixte Maurice-Seychelles qui s’est réunie hier matin. Ils comprennent des accords de coopération mutuelle concernant, entre autres, le recrutement des enseignants et des professionnels de la santé mauriciens aux Seychelles et le jumelage entre Rodrigues et la ville de Victoria, capitale des Seychelles.
D’autres pistes de coopération ont fait l’objet de discussions lors de la réunion de hauts officiels, dont le développement durable de l’économie bleue comme vecteur de croissance économique pour les deux pays ; la pêche, l’agriculture et l’activité agro-industrielle ; l’éducation, notamment la reconnaissance mutuelle des diplômes ; les services financiers ; le tourisme ; et la sécurité.
Une forte délégation seychelloise composée d’une vingtaine de hauts officiels a fait le déplacement dans le cadre des travaux de la commission mixte.
Dans un discours prononcé à l’ouverture de la réunion, la Secrétaire aux Affaires étrangères, Usha Dwarka-Canabady, s’est réjouie de la volonté exprimée par les deux pays de développer de nouvelles avenues d’échanges dans plusieurs domaines d’intérêt mutuel. « La commission mixte offre un cadre par excellence pour faire avancer les dossiers de la coopération bilatérale. Depuis sa mise en place en 1991, nous avons pu conclure plus de 20 accords de coopération dans plusieurs secteurs. Cela nous réconforte dans notre démarche de poursuivre nos efforts de rapprochement », fait-elle ressortir.
Maurice et les Seychelles maintiennent une collaboration très étroite dans la gestion des ressources marines. La cogestion de l’espace marin du plateau continental est considérée comme une avancée considérable en matière de coopération marine dans le monde.
La Secrétaire aux Affaires étrangères a, par ailleurs, exprimé les remerciements de Maurice aux Seychelles pour leur soutien à la résolution mauricienne sur la souveraineté des Chagos à l’ONU.
En sus de leur engagement à raffermir la coopération bilatérale, Maurice et les Seychelles affichent une grande ambition commune à faire avancer l’intégration régionale au sein de la Commission de l’océan Indien (COI).
Les deux pays se concertent, par ailleurs, sur les grandes questions au niveau des instances africaines, dont l’Union africaine, et internationales, dont l’ONU, et dans le cadre des relations avec l’Union européenne.
Pour sa part, la chef de la délégation seychelloise, Michelle Murray, a mis l’accent sur le caractère convivial des relations entre les deux pays, et se dit confiante que cet état d’esprit puisse assurer les conditions idéales pour faire avancer la coopération en misant, notamment, sur l’espace marin qui nous unit.
Elle se félicite des échanges rehaussés entre les institutions mauriciennes et seychelloises avec les nouveaux accords de coopération.
La responsable du directoire Afrique-océan Indien au sein du ministère mauricien des Affaires étrangères, Marie Hélène Chavrimootoo, explique la pertinence des commissions mixtes dans le cadre de la politique d’ouverture vers la région et vers l’Afrique continentale. Elle cite la mise en place cette année des commissions conjointes bilatérales avec le Ghana et les Comores avec l’objectif de mieux structurer la coopération et assurer l’efficacité des résultats.