MAURICE/AFRIQUE-TRAFIC D’ARMES : Kathi Lynn Austin revient à la charge auprès de SAJ

L’Executive Director de Conflict Awareness Project réclame la réouverture de l’enquête de l’ICAC classée au niveau du DPP à la fin de l’année dernière et une enquête sur la fuite d’information du rendez-vous de Londres en mai 2013

Trois ans après la publication d’un rapport explosif sur un réseau international de trafiquants d’armes opérant à partir de Maurice, Kathi Lynn Austin, Executive Director de Conflict Awareness Project, revient à la charge. Dans une correspondance officielle en date du 10 août 2015 adressée au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, la Lead Investigator du rapport « Viktor Bout’s Gunrunning Successors : A Lethal Game of Catch Me if You Can » réclame la réouverture de cette enquête de l’ICAC, qui a été classée au niveau du bureau du DPP en décembre de l’année dernière. Elle réclame également une enquête approfondie des autorités au sujet de la fuite d’informations sur le rendez-vous de Londres de mai 2013 avec le Chief Investigator de l’ICAC. La troisième demande formulée en vue de la réouverture de cette enquête sur le trafic d’armes à partir de Maurice porte sur un “safe passage” pour elle en vue de tout éventuel déplacement à Maurice.
Répondant à une interpellation parlementaire en début d’année, le Premier ministre a confirmé que l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) avait été informée officiellement presque au même moment que la proclamation des résultats des élections du 10 décembre dernier que l’enquête de l’ICAC sur ce réseau de trafiquants d’armes avait été classée par le bureau du DPP. Dans sa correspondance, sous forme d’Open Letter au Premier ministre, l’Executive Director du Conflict Awareness Project fait une demande pour la réouverture de ce dossier.
« Firstly, I would like to ask that your government restart its investigation into the alleged criminal activity of an international arms trafficking network found to have been operating in Mauritius, and targeting conflict zones such as the Democratic Republic of the Congo, Sudan, and Syria », souligne Kathi Lynn Austin à l’intention de sir Anerood Jugnauth. Elle ajoute que « I ask for an inquiry into a breach of trust regarding a confidential governmental meeting convened to advance the initial investigation of this transnational organized crime ring ». Elle demande également un « safe passage to Mauritius to provide testimony on both matters ».
Avant d’établir une chronologie des principales étapes de cette affaire, l’Executive Director du CAP note que « I believe that law enforcement authorities in Mauritius have sufficient information to carry out investigations, and I would be pleased to assist the responsible authorities to the best of my ability ».

Réclamations en diffamation

Kathi Lynn Austin souligne qu’au début de 2013, elle avait commencé à coopérer avec l’ICAC pour faire avancer cette enquête en vue de démanteler ce réseau à Maurice et à l’étranger. Mais le tout a été gelé à partir de mai de la même année. « In May of that year, in order to guarantee the safety of all concerned, ICAC convened a confidential meeting with me at the Office of the Mauritius High Commissioner in London. While in attendance, I was served with a summons overturning the government’s guarantee. The fact that a server knew of my presence at the London High Commissioner’s office points to a serious breach of trust, and possible criminal activity, concerning a leak from within the government. I believe the breach of trust occurred to hinder our joint investigative efforts of the alleged international arms trafficking network », soutient-elle.
Les proches de l’ancien ministre du Travail Shakeel Mohamed, qui avaient été mis en cause dans l’enquête du CAP, étaient parvenus à mettre à profit de la présence de Kathi Lynn Austin à Londres pour lui faire servir du papier timbré pour des réclamations en diffamation en Cour suprême. « The investigation into the aforementioned criminal activities in Mauritius is currently at a standstill. Without a proper inquiry and my testimony, an opportunity is missed to bring the alleged perpetrators to justice and possibly stop the suffering of victims elsewhere in the world where these same black market traffickers continue to wreak havoc ».
Plaidant pour une décision pour la relance de cette enquête sur la base d’un rapport rendu public en août 2012, la Lead Investigator note que « the longer a relevant investigation is stymied, the more opportunity the alleged perpetrators have to destroy evidence, corrupt key witnesses and officials, and continue illicit activity. I am sincerely heartened that many Mauritian citizens have supported CAP’s efforts towards greater transparency and accountability, and understand that our organization has not been able to freely comment on the matters of justice that concern us or return to the country due to the risk of exposure ».
Kathi Lynn Austin confirme que le 1er février 2014, elle avait écrit officiellement au DPP, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, pour réclamer une enquête au sujet des incidents de mai 2013 à Londres. Mais à peine quatre jours après, soit le 5 février, elle a été informée que cette décision ne relève pas du DPP mais du commissaire de police. Elle n’hésite pas à conclure que « denying a channel of justice in Mauritius jeopardizes your country’s reputation as one of the least corrupt nations in Africa and as a helpful ally towards ensuring greater international peace and security ».

Commentaires

The DPP,Commissioner of Police doesn't make any differrence as both are the doormat for those who run the country.I hope this lady will succeed in her attempt to get this investigation to be c/out at it's full extent.Would be good to hear the Mohammed's views on this matter as well as the DPP.One thing for sure she will have untold amount of support in the country.I also hope the PM will not ignore her plea and positive action will be taken and the culprits will be brought to justice and santioned.

One item that stands out in your correspondence draws my attention, and you are right to request the Government to conduct an enquiry to find out the treacherous whistle blower from ICAC, the Body that had arranged the appointment at the High Commission in London between you and the Chief Investigator of ICAC. If the Government decide to comply with your request, which, I do not see why not,it would be very easy to identify the source of the breach of trust, presumably stemming from ICAC, and the appropriate action be taken against those involved in order to thwart any ignominious action impacting on Mauritius in the future.