Des employés de la Mauritius Freeport Development (MFD) cherchent des explications sur le fonctionnement du plan de pension. Ils déplorent le « manque de transparence » et le fait qu’ils n’aient pas de contrat individuel. Ils ont également alerté la Financial Services Commission (FSC) et l’Independent Commission Against Corruption (ICAC).
Selon les règlements, les employés et l’employeur de la MFD contribuent conjointement au fonds de pension géré par une compagnie d’assurances. Mais les employés disent vouloir plus de transparence. « Nous en faisons partie depuis 2001, mais nous n’avons jamais eu de contrat individuel », déplore Ricardo Rose, porte-parole sur le dossier de l’assurance. De même, dit-il, pendant des années, « nous n’avons jamais été tenus au courant du retour sur l’investissement. C’est après 15 ans, suite à une plainte à la FSC, que nous avons droit au “return” », ajoute-t-il.
Une plainte a également été déposée à l’ICAC. Mais la commission a fait savoir que ce dossier ne relevait pas de sa juridiction.
La situation de Dhandev Jhulloo, un des employés, préoccupe ses collègues. Alors que son contrat de travail stipule qu’il bénéficiera d’une assurance maladie et accident et qu’il participera à un fonds de pension, Dhandev Jhulloo n’a jamais intégré le fonds. Une lettre de la FSC datée de décembre 2015 lui apprend : « We were informed that you should express your intention to it in order join the pension fund. »
Selon Aichah Soogree, militante de Rezistans ek Alternativ qui encadre les employés dans leurs démarches, le cas des employés décédés préoccupe également. « Souvent les veuves ne savent pas quoi faire. Dans certains cas, elles ne sont même pas au courant de l’existence du fonds. » Les cas de quatre veuves sont mis en avant. L’une n’a jamais rien reçu après le décès de son époux, les autres ont perçu une somme pendant quelques mois seulement.
Les employés regrettent ainsi n’avoir aucun document pour certifier la somme due à chacun d’entre eux. De même, ils souhaitent être tenus au courant des investissements. Ils regrettent également que les anciens, qui sont déjà à la retraite, n’aient pas bénéficié du retour des investissements.
Nous avons essayé d’avoir la version de la MFD sur cette affaire, mais la personne concernée n’était pas disponible.