Souffrant et ne pouvant voyager, c’est à travers son homme de loi, Me Yousuf Mohamed (SC), que Dawood Rawat a choisi de sortir de son mutisme. Du moins, c’est ce que l’avocat a indiqué lors d’une conférence de presse vendredi, où il a fait circuler un document de plusieurs pages, dans lequel Dawood Rawat réfute les accusations formulées. Le panel d’avocats de Dawood Rawat se prépare à réclamer une “judicial review” concernant l’ordre de la BoM de révoquer la licence d’opération de la Bramer Bank dans la nuit du 2 au 3 avril. Il envisage également de porter l’accusation à l’effet que la BAI aurait assisté Navin Ramgoolam pour son prêt de Rs 40 M auprès de la Bramer Bank dans l’achat de son bungalow à Roches-Noires. Me Yousuf Mohamed n’a pas manqué de souligner le refus de la Cour de Port-Louis de lancer un mandat d’arrêt international et de loger des charges provisoires contre le chairman emeritus de la BAI.
“Si Dawood Rawat a subi toutes sortes d’humiliation venant de certaines sources du gouvernement, cela ne veut pas dire que tout est vrai. Moi, en tant qu’avocat, avec l’avoué Ayesha Jeewa et d’autres avocats, nous voyons beaucoup de diffamations et d’attaques personnelles en vue de détruire “l’empire Rawat” basée sur des accusations sans fondement.” C’est ce qu’a déclaré Me Yousuf Mohamed lors de sa conférence de presse durant laquelle il est revenu sur la révocation de la licence d’opération de la Bramer Bank. “J’aimerais connaître la raison pour laquelle la Banque centrale a accordé un délai d’un mois, en écrit, à la Bramer Bank pour qu’elle arrive au pourcentage requis par rapport aux liquidités, le jeudi matin et, qu’ensuite dans la nuit, ils ont révoqué la licence de cette banque sans aucune raison”, dit l’homme de loi qui estime cette décision “très grave”. C’est en ce sens que le panel d’avocats de Dawood Rawat se prépare à initier une “judicial review” devant la Cour suprême contre l’ordre émis par la BoM, du fait de ce changement radical en moins de 24 heures, sans donner aucune raison. Selon Yousuf Mohamed, qui soutient respecter les institutions et les directeurs de la BoM, “ils ont fait quelque chose d’atroce à la Bramer Bank”. Citant le cas d’une banque anglaise qui faisait face à des problèmes de liquidités dont la Bank of England est venue à la rescousse, le SC rappelle que dans le cas de la Bramer Bank, il y a eu des retraits de liquidité des ministères et corps parapublics depuis l’avènement de ce gouvernement.
Bungalow de Roches-Noires : Une lettre de Navin Ramgoolam
“Et aujourd’hui, c’est pour cela que nous avons entendu le terme ‘relation incestueuse’ entre Dawood Rawat et Navin Ramgoolam”, déplore-t-il. S’agissant du prêt accordé par la Bramer Bank à Navin Ramgoolam pour l’achat de son dungalow de Roches-Noires,  Me Yousuf Mohamed soutient que “ce n’est pas exact de dire que la BAI l’a soutenu. Il y a une lettre de Navin Ramgoolam dans laquelle l’ex-Premier ministre remercie la BAI et l’informe qu’il n’a pas besoin de sa garantie. Avec cette preuve, les avocats de Dawood Rawat compte saisir la Cour suprême.
L’homme de loi du chairman emeritus de la BAI est aussi revenu sur le refus de la Cour de Port-Louis de lancer un mandat d’arrêt international et loger les cinq charges provisoires, dont blanchiment d’argent, utilisation frauduleuse des propriétés de la compagnie et complot pour détournement d’argent, contre Dawood Rawat. Pour Me Yousuf Mohamed, “la magistrate Adila Hamuth qui a tout refusé dans un ruling motivé a infligé une claque magistrale à certaines personnes qui souffrent d’un excès de zèle”. “J’ai du respect pour le travail de la police, mais ceci doit se faire selon la loi”, dit-il.
«Des raisons
de santé»
Et de faire ressortir que “si Dawood Rawat pouvait venir à Maurice pour répondre à ces accusations, il l’aurait fait. Mais il est souffrant et ne peut se permettre de faire le déplacement. Je lui ai conseillé de venir dès que son état de santé lui permettra de faire le voyage. Je dois préciser que Dawood Rawat a quitté Maurice pour des problèmes de santé bien avant l’éclatement de cette affaire. Il n’est pas un fugitif. Il est malade et ne peut pas voyager”. Dans cette optique, Me Yousuf Mohamed a fait circuler un document de 12 pages pour “répondre”, point par point, à toutes les accusations. Il estime que Dawood Rawat ainsi que les clients du groupe BAI sont victimes de “terrorisme”. Il souligne que ce sera à la Cour suprême également de décider si l’accusation de Ponzi est vraie ou pas. Il prévient, par ailleurs, que plusieurs “corbeaux et rapaces” attendent pour se faire de l’argent en rachetant les actifs du groupe BAI à moindre prix. Mais rappelle qu’un conservateur a été nommé à cet effet.