– Une interdiction de pratiquer pendant six mois; ce médecin du privé a réclamé des honoraires de la Sécurité sociale pour des visites médicales à domicile non effectuées

– Le MC a référé le cas au Medical Disciplinary Tribunal

Le Dr Karam Chandra Ramyead, interdit en novembre de l’année dernière par le Medical Council (MC) de pratiquer pendant trois mois en raison d’une faute grave, est sous le coup d’une nouvelle suspension depuis mercredi.

Cette deuxième interdiction, cette fois d’une durée de six mois, concerne des réclamations d’honoraires auprès de la Sécurité sociale pour ses services chez des personnes âgées alors qu’il ne s’est pas rendu chez ces dernières. Le MC juge l’affaire « trop grave » et a décidé cette fois de référer le cas au Medical Discipinary Tribunal.

« This is to inform the general public that by virtue of section 14(2) of the Medical Council Act, the Medical Council of Mauritius has suspended Dr Karam Chandra Ramyead from medical practice for a period of six months as from Tuesday March 27, 2018 », peut-on lire sur le site du MC depuis jeudi. Le Dr K. C. Ramyead exerce la profession de pneumologue dans le privé mais a aussi été employé dans le passé sur une base contractuelle par la Sécurité sociale, plus précisément pour des visites médicales chez des personnes d’un âge fort avancé. Prestations pour lesquelles il a réclamé des honoraires. Sauf que le ministère de la Sécurité sociale a découvert tardivement que le spécialiste lui avait aussi réclamé des paiements pour certaines visites qu’il n’avait jamais effectuées. Le ministère en a ainsi informé l’Ordre des Médecins. Après enquête, le board du MC a donc pris la décision, au début de cette semaine, de suspendre le Dr Ramyead et de référer son cas au Medical Disciplinary Tribunal.

Au niveau du MC, on souligne que ce médecin du privé, outre ces deux périodes d’interdictions, a reçu dans le passé de “severe warnings” pour d’autres écarts relatifs à la profession. « En raison de ses antécédents, nous avons décidé de référer ce cas au Medical Tribunal. Mais la loi nous autorise aussi à le suspendre de ses fonctions en attendant le verdict de ce tribunal. Nous avons pris cette décision dans l’intérêt du public », explique le Dr Jagatpul, président du MC.