MEDICAL COUNCIL - LONGUE ABSENCE : Le Dr Khadaroo perd sa place au board

Le Dr Aziz Foondun n’est pas le seul médecin à avoir perdu sa place au conseil d’administration du Medical Council. En effet, le Dr Samsudin Khadaroo, un des représentants des médecins du public, a perdu sa place en raison d’absences fréquentes et prolongées. C’est à la suite de la place laissée vacante par Dr Chummun (élu dans la catégorie “Public officers”), parti en retraite, que le Dr Khadaroo a fait son entrée au MC. La commission électorale, qui avait organisé les élections du MC en janvier 2016, l’avait désigné comme le remplaçant du Dr Chummun.
Depuis son installation il y a plus d’une année, le Dr Khadaroo n’aurait pas, selon les dirigeants du MC, participé fréquemment aux réunions du board et a été absent durant ces six derniers mois de manière consécutive, et ce sans donner d’explications. « Il n’aurait pas non plus témoigné d’un intérêt pour les travaux des sous-comités », ajoutent des responsables du MC.
Le board s’est réuni la semaine dernière sur cette question spécifique et a donc décidé de la révocation du Dr Khadaroo. Le MC a demandé à la Commission électorale, qui avait organisé ses élections, de désigner un remplaçant. Entre-temps, la Commission électorale a déjà informé le MC du nom du remplaçant du Dr Foondun, à savoir le Dr Anand Mokoonlall.


PHARMACY COUNCIL | Code of Practice
Réaction mitigée dans la profession

Le Pharmacy Council avait demandé aux pharmaciens de lui faire parvenir leurs commentaires et suggestions sur le draft du Code of Practice, au plus tard hier. Toutefois, le Pharmacy Council est toujours ouvert à ceux qui voudraient soumettre d'autres propositions. De l’avis de certains membres de la profession, certaines clauses seraient « trop élaborées » et ils ne sont pas d’accord.
« Nous ne sommes pas contre l’existence d’un Code of Practice, qui est d’ailleurs prévu dans la loi », précisent d’emblée nos interlocuteurs. « La première impression est que certaines clauses contiennent trop de détails et risquent de faire beaucoup plus de tort que de bien à la profession », réagissent ces pharmaciens ayant pris connaissance et discuté de l’ébauche de ce Code of Practice. « Le document n’a pas été finalisé et on veut arriver à un Code of Practice sur un ton consensuel », avancent les dirigeants du Pharmacy Council.
Des pharmaciens demandent que les propriétaires de pharmacies soient eux aussi sensibilisés au respect de ce Code of Practice afin que ceux travaillant chez eux ne se trouvent pas dans des situations embarrassantes par certaines requêtes. « Une fois ce code of Practice finalisé, nous comptons le vulgariser dans la profession d’abord, mais aussi auprès de tous ceux qui ont un lien avec les médicaments prescrits, notamment les propriétaires de pharmacie, les médecins et ensuite le public », affirment des responsables du Pharmacy Council.