Le vent défavorable qui soufflait hier après-midi sur le stade de Bambous a privé Nafissatou Thiam d’une qualification à l’heptathlon pour les mondiaux de Moscou cet été. De loin au-dessus du lot et bien que victorieuse du concours avec 6021 pts, la Belge n’a pu réaliser les 6100 pts imposés par la fédération de son pays. Elle a échoué notamment au 800 m, ultime épreuve du concours où elle a dû galérer face au vent, terminant deuxième en 2’31”32. Au décathlon, par contre, le Mauricien Guillaume Thierry est revenu de l’arrière pour s’imposer avec 7043 pts devant le Malgache Ali Kamé et le Sud-Africain Gert Swanpoel.
Le rideau est tombé après deux jours de compétitions intenses sur cette 6e édition du Meeting africain d’épreuves combinées. Et si tout s’est achevé sur une bonne note pour Guillaume Thierry, la déception était grande pour la Belge Nafissatou Thiam. Après avoir survolé à sa guise les sept épreuves, elle a été privée de la cerise en échouant pour une poignée de secondes au 800 m faute, la faute à un vent défavorable et termina sa course en larmes.
« Le vent de face dans la ligne droite m’a ralentie et je ne m’y attendais pas. Je termine 2e certes, mais loin à 0”07 environ de mon chrono habituel qui tourne autour de 2’21-2’25. Je suis déçue », confia-t-elle après s’être remise de ses émotions. « J’ai fait une super bonne journée. Mais le 800 m a vraiment tout gâché. La course demeure mon point faible. Mais avec 6 m à la longueur, j’ai réussi également moins que ce que je pouvais faire. Réaliser 6400-6500 pts cette année, je sais que ce n’est pas encore le moment. Mais là, je frôle les minima des mondiaux… Franchement, c’est décevant. »
Il lui faudra donc attendre juillet pour repartir à l’assaut des qualifications, soit lors des championnats d’Europe prévus à Rieti en Italie. Elle se dit prête à remettre l’ouvrage sur le métier. « Il le faut bien, même si ça ne faisait pas partie de mes plans. Ç’aurait été plus un bonus qu’autre chose. Mais bon, il faudra y aller », s’est-elle finalement convaincue.
Son coach, Roger Lespagnard, et Jean-Michel Garin, responsable des athlètes belges de haut niveau qui l’ont accompagnée à Maurice, vont continuer à la soutenir dans sa quête. « Elle sort d’une grosse saison en salle où elle a battu en février le record du monde juniors du pentathlon. Ensuite, elle termine 6e des championnats d’Europe en salle à Göteborg. Ici, elle a effectué un stage de préparation avant le meeting. C’était bien parti, mais il y a eu un petiti souci au 800 m. Elle s’en remettra », avouait Jean-Michel Garin. Nafissatou Thiam, 18 ans, a quand même réussi à prouver toute sa valeur et son potentiel naissant à cet âge. Au final, elle a devancé par près de 1500 pts d’écart la Nigériane Kemi Francis et l’Egyptienne Wedian Mokthar.
Dans l’épreuve du décathlon, Guillaume Thierry a dépassé les limites qualificatives de 7 000 pts des Jeux de la Francophonie. Mais hier, il s’est vraiment surpassé pour les atteindre après une première journée assez catastrophique. Après une entrée en matière ratée dans les trois premières épreuves, il a pu limiter les dégâts au saut en hauteur et au 400 m pour finalement renverser la vapeur dans les cinq dernières épreuves aux dépens du Malgache Ali Kamé, installé en tête du classement à l’issue de la première journée.
« J’ai de quoi être satisfait, car j’étais vraiment démoralisé après la première journée. Mon coach (l’Ukrainien Oleksandr Nevskyy) et mon père m’ont remonté le moral pour que je m’accroche. Mais mon objectif reste toujours de battre cette saison mon record personnel qui se situe à 7481 pts réalisés en 2011 aux Jeux d’Afrique à Maputo », confiait-il, encore marqué par la fatigue. Il aura sans doute l’occasion de le réaliser les 7-8 juin en République tchèque où il effectuera sa prochaine sortie avant les Jeux de la Francophonie à Nice en septembre.
Dans les autres épreuves nationales qui ont eu lieu hier, on retiendra que Jessika Rosun a récidivé à exactement treize jours d’intervalle en réalisant les minima niçois au lancer du javelot. Elle réalisa cette fois 48,86 m (minima 46 m), contre 48,88 m la fois précédente. Au 400 m haies, Ménivan Dauphin réalisa lui aussi pour la deuxième fois ce mois-ci la qualification aux mondiaux cadets prévus du 10 au 14 juillet en Ukraine (minima : 55” 80). Hier, il a bouclé sa course en 55”74.