MENACES CONTRE XLD : Le MSCIA condamne les propos de Showkutally Soodhun

La polémique enfle toujours concernant les propos qu’à tenus le vice-Premier ministre Showkutally Soodhun contre le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval lors d’un Eid Gathering à Flacq le 18 juillet dernier. Le Mauritian Supreme Council for Islamic Affairs (MSCIA) a condamné les propos du numéro 4 du gouvernement, lors d’un point de presse à la Hennessy Tower à Port-Louis vendredi.
« Nous avons attendu tout ce temps pour prendre position sur ce sujet car on croyait que le ministre Showkutally Soodhun allait s’excuser ou rectifier le tir après avoir mal utilisé le mot djihad. Or, tel n’a pas été le cas », souligne le président du MSCIA, Rashad Daureeawo. Ce dernier explique que l’île Maurice est un pays multiculturel et que « ce genre de propos peut troubler l’harmonie sociale ». Profitant de l’occasion, il a demandé aux politiciens de s’abstenir de faire des discours politiques lors des cérémonies religieuses. Rashad Daureeawo n’a pas ménagé Showkutally Soodhun à propos d’un communiqué émis par son ministère en prenant position pour l’Arabie Saoudite par rapport à notre relation avec le Qatar. « C’est une bavure diplomatique qui nous a fait un tort immense. Le résultat est que le Qatar ne nous a pas soutenus lors du vote de l’ONU sur le dossier Chagos, ou encore, l’île Maurice ne fait pas partie des 42 pays qui sont exemptés de visas », a fait ressortir le président du MSCIA.
Par ailleurs, Rashad Daureeawo a accueilli « avec soulagement » l’ouverture de l’espace aérien avec l’arrivée de Saudi Airlines pour le 14 septembre. « Ce sera une grande facilité pour les pèlerins qui partent accomplir le Haj ou l’Umra (petit pèlerinage) à La Mecque ». Le MSCIA a demandé au gouvernement d’œuvrer pour l’ouverture d’un consulat d’Arabie Saoudite à Maurice pour faciliter les démarches des pèlerins. « Aujourd’hui, nous devons attendre presque 15 jours pour que l’ambassade saoudienne à Pretoria nous livre les visas. Ce processus pourrait être accéléré avec l’ouverture d’un consulat », explique le président du MSCIA. Ce dernier a également demandé au gouvernement de nommer officiellement le ministre qui sera responsable du dossier Haj « apre ki le ministre Showkutally Soodhun inn afirme l’année dernière ki li lave la main avec dossier Haj ». Rashad Daureeawo a suggéré que l’Islamic Cultural Centre (ICC) soit le régulateur qui aura un œil sur les agissements des opérateurs. « Certains organisateurs font de gros profits sur la tête des pèlerins. Il faut que l’ICC prépare un code d’étique pour les partis concernés », soutient-il.