Les locataires de l’Arab Town avaient jusqu’à mercredi après-midi pour quitter le marché et se reloger dans le nouveau site construit par la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill. C’est ce qu’a affirmé à la presse l’adjointe au maire, Elvanee Anamalay, mercredi matin à la salle du conseil municipal de Rose-Hill. Entourée des conseillers, elle avance que tout est fin prêt pour accueillir les locataires.
Créé en 1986, l’Arab Town fera désormais partie de l’histoire de Maurice avec l’avènement du Metro Express. « Nous savons tous quelle est la condition de l’Arab Town ces derniers temps », dit Elvanee Anamalay, rappelant que le lieu ne respectait pas les normes hygiéniques et qu’il manquait de clarté. En outre, dit-elle encore, les services d’incendies ne voulaient pas accorder une “clearance” car le lieu était « trop restreint pour la libre circulation du public ». Face à ces problèmes, le conseil municipal, ajoute-t-elle, « avait l’intention de rénover le lieu ». L’annonce du projet Metro Express aura toutefois évité à la mairie de faire de nouvelles dépenses.
Les travaux du nouveau marché, annoncé pour un coût de Rs 6,6 millions, auront duré deux mois pour se terminer le 10 novembre dernier. « Toutes les structures sont prêtes, incluant l’eau, l’électricité et le tout-à-l’égout », poursuit-elle, avant de dire son regret que « certains déplacent les gouttières installées pour faire croire que le nouveau marché est vulnérable aux inondations ».
Le nouveau marché comprend 56 étals, dont trois pour la section « fruits » et sept pour les « foodstuffs ». La superficie du nouveau marché, selon l’adjointe au maire, est de 1 050 m2. Des toilettes sont en outre aménagées pour les occupants du marché et le public. L’accent sera également mis sur l’hygiène, dit-elle, précisant que « tous les règlements seront suivis » et que « le non-respect des conditions définies au sujet de la manipulation de la nourriture ne sera pas toléré ». Après avoir rappelé que les allées sont « plus larges », elle avance que le service de gardiennage sera assuré, précisant toutefois que les deux compagnies suggérées par les commerçants n’ont pas été retenues.
Afin que les commerçants puissent commencer leurs opérations dans leur nouvel emplacement, elle rappelle que le tirage au sort a été effectué le 31 octobre. Concernant le loyer, Elvanee Anamalay explique son prix a été fixé selon trois formules, soit Rs 80/jour, Rs 1 312/mois ou Rs 27 750/an, ajoutant que les commerçants ont bénéficié d’un délai d’un an pour régler leur compte. « Malgré cela, ils ont eu l’opportunité de participer au tirage au sort », dit-elle.
L’adjointe au maire ajoute que les commerçants ont été informés qu’ils pourront prendre possession de leur étal à partir du 31 octobre. Selon elle, la mairie a plaidé auprès du gouvernement pour que les marchands puissent être relogés à la fin de l’année. « Mais cela n’a pas abouti car Larson & Toubro a refusé en raison de pénalités “exorbitantes” qu’ils devraient payer. » À noter que si les commerçants devaient quitter l’Arab Town au mois de juillet, une extension de trois mois et deux semaines leur avait cependant été accordée.
Lors de cette rencontre, Elvanee Anamalay a précisé que la municipalité avait reçu une “notice” en juillet afin d’enlever toutes les structures se trouvant sur le tracé du futur métro. À la suite de cela, trois mois avaient été accordés à la mairie pour trouver un nouveau lieu afin de loger les marchands de l’Arab Town. Selon elle, cinq réunions se sont ensuite tenues entre les officiers de la municipalité et les commerçants, et ce en présence de leurs syndicats et représentants. « Nous leur avons expliqué les modalités et avons pris en considération leurs demandes et suggestions », dit-elle, ajoutant qu’à « aucun moment il n’y a eu un manque de communication ».