Le procès intenté au milliardaire sud-africain Peter Wayne Roberts pour le meurtre de sa petite amie Lee Ann Palmarozza, retrouvée morte dans la piscine d’une villa à Anahita Resorts dans la nuit du 28 au 29 décembre 2014, s’est ouvert devant les Assises ce matin. L’accusé ayant plaidé non coupable, un panel de jurés a été constitué; ils sont quatre femmes et cinq hommes. Quarante-cinq témoins de la Poursuite ont été assignés pour ce procès qui durera plus de deux semaines.
Peter Wayne Roberts ayant plaidé coupable à la charge de “manslaughter”, la Cour a procédé à la constitution du panel de jurés pour son procès. La liste finalisée, le juge Benjamin Marie-Joseph leur a ensuite expliqué leurs rôles et devoirs tout le long du procès, s’attardant sur le fait qu’ils ne sont pas autorisés à communiquer avec qui que ce soit à ce sujet et qu’ils sont tenus de ne se baser que sur les preuves qui seront présentées. Ces jurés ne seront pas isolés.
Le Parquet, représenté par le Principal State Counsel Me Mehdi Manrakhan, devait présenter son opening speech dans l’après-midi suivi de l’audition de quatre témoins. Le DPP est aussi représenté par Mes Shakeel Bhoyroo et Chitra Servansingh-Bhuruth. Le Sud-Africain est défendu par Me Gavin Glover SC assisté de Mes Rishi Bhoyroo et Luckeeram. À noter que les parents de Peter Wayne Roberts ainsi que d’autres proches ont fait le déplacement pour assister à ce procès. Vendredi, Me Glover s’est rendu en compagnie de son client à Anahita pour les derniers préparatifs du procès.
Rappelons que la victime, Lee-Ann Palmarozza, 35 ans, avait été retrouvée sans vie dans une piscine de l’Anahita Resort dans la nuit du 28 au 29 décembre 2014. L’enquête de la MCIT avait débouché sur l’inculpation provisoire de son compagnon, Peter Roberts, homme d’affaires et propriétaire d’une villa dans cet établissement. L’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, avait attribué la cause du décès à une asphyxie, la victime portant des hématomes à la tête et à la gorge, et à des saignements internes. Alors qu’il avait déclaré se mettre à la disposition des enquêteurs et qu’il ne devait rentrer en Afrique du Sud que le 11 janvier, Peter Roberts avait tenté de quitter Maurice le 2 janvier. C’est là que la police avait procédé à son arrestation.