Mamade Emamally, un chauffeur de taxi de 45 ans, poursuivi pour le meurtre d’Abdool Raouf Choomka, un ramasseur de bouteille de Plaine-Verte, a comparu devant la Cour d’assises hier, en compagnie de son homme de loi, Me Gavin Glover. L’avocat a réitéré sa demande pour que son client soit remis en liberté en attendant de faire face à son procès. La poursuite y a objecté, soutenant qu’il y aurait des risques que Mamade Emamally tente de fuir le pays ou interfère avec les témoins dans l’enquête policière.
Lors de la séance d’hier, Me Gavin Glover a déclaré que la grande soeur de l’accusé, qui vit à Petit-Verger, St-Pierre, est prête à loger son frère et à veiller sur lui jusqu’à ce que le procès arrive à terme, s’il est libéré sous caution. Me Glover a tenu à préciser que c’est la femme de l’accusé qui avait fait la demande à sa belle-soeur. Cette dernière, qui a été appelée à témoigner, a confirmé les dires de Me Glover, affirmant qu’elle veillera à ce qu’il se plie aux conditions qui lui seront imposées s’il est remis en liberté. Me Roshan Santhokee, qui représente la poursuite, a de ce fait indiqué qu’il lui faudra du temps pour se prononcer sur cette initiative car il vient d’en être informé. La poursuite devra ainsi se prononcer à ce sujet lundi prochain. Si cette démarche est agréée, les débats sur la demande de remise en liberté auront lieu le 2 décembre.
En 2012, Abdool Raouf Choomka, habitant rue Noor-E-Islam, Camp-Yoloff, âgé de 53 ans, avait été victime d’une agression aux abords du jardin d’enfants de Plaine-Verte. Le défunt, connu pour exercer le métier de ramasseur de bouteilles en plastique vides, avait quitté son domicile le jour du drame vers 4 h 30. Son corps gisant dans une mare de sang avait été retrouvé à proximité du jardin d’enfants quelques heures plus tard. La victime avait été transportée par la police à l’hôpital Jeetoo en vue des premières assistances médicales, mais Raouf Choomka devait succomber de ses blessures, commises à l’arme blanche. L’autopsie pratiquée par le médecin légiste a indiqué que la victime a succombé à un « shock due to chopped wound at the head ». Lors de l’enquête, la police avait relevé des traces de sang sur le vélo de Mamade Emamally et quatre couteaux avaient été saisis à son domicile.