Après un premier bilan établi à l’issue des Jeux des îles, la Commission Sportive du Mouvement Militant Mauricien (MMM) est revenue à la charge au cours d’un point de presse tenu hier matin à Port Louis. L’occasion pour le président de cette Commission, à savoir Franco Quirin, et ses collaborateurs (Toussaint André, Philippe Boudou, Kervin Ramma, Oumar Dusmohamed et Yannick Catherine) de dresser cette fois un bilan de la saison sportive 2015 au niveau du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Un bilan négatif selon eux, d’où un appel au ministre de tutelle, Yogida Sawmynaden, de se ressaissir et d’adopter une nouvelle politique, surtout au niveau de la formation.
Franco Quirin s’est d’emblée élevé contre « l’incohérence et l’incompréhension des décisions et actions » du ministre Sawmynaden. Dans cette optique, il a mis en avant plusieurs faits. Notamment, le non-financement de deux tireuses dans le cadre des championnats du monde de boxe française-savate, son refus de reçevoir les dirigeants de cette discipline et de financer le déplacement d’un second entraîneur aux championnats du monde de kick-boxing, son absence d’aide à l’Association mauricienne de handball dans le cadre de la Coupe des clubs de l’océan Indien, le renvoi injustifié de Gérard Denis en tant qu’adviser coach de tennis de table, le cash-prize qui n’a pas été remis jusqu’ici à la handisportive Noemi Alphonse et les résultats négatifs du Club M en football. Dans la foulée, il a qualifié de « bourde de l’année » la déclaration du ministre au Parlement sur la démarcation entre disciplines olympiques et non-olympiques. « En créant deux catégories de sportifs, il a soulevé un tollé au sein de la communauté sportive », a-t-il souligné.
Gymnases « passoires »
Le président de la Commission sportive du MMM s’est également élevé contre l’état actuel de certaines infrastructures, dont les gymnases de Phoenix et de Vacoas qualifiées de « passoires », et le New George V stadium. Il s’est aussi demandé si un suivi des Jeux des Jeunes et des Jeux des Quartiers sera effectué, et si des structures de formation seront instituées pour accueillir ceux possédant un certain potentiel. Le Mauritius Sports Council a également pris pour son grade. « Nous nous attendions à mieux de cette instance, surtout de sa présidente, elle-même une ancienne sportive. Rien ou presque n’a été accompli, si ce n’est l’augmentation des tarifs pour l’utilisation des infrastructures sportives. Tout cela ne pourra que freiner la pratique sportive », a avancé Franco Quirin.
Au niveau parlementaire, ce dernier a relaté avoir posé une trentaine de questions concernant une vingtaine de dossiers. « Dans la plupart des cas, notamment l’Académie de football, Yogida Sawmynaden a tourné autour du pot et a fait montre d’amateurisme et de manque d’expérience. Même s’il bluffait, qu’il ne prenne pas les sportifs pour des imbéciles ». D’où son appel au ministre. « Soyez plus humble et humain, et moins arrogant dans vos réponses et vos actions ». Dans un autre ordre d’idées, Franco Quirin a exprimé le souhait que l’expérience et la compétence priment quant au choix de ceux qui siègeront sur le comité organisateur en vue des Jeux des îles de 2019, et qu’un fonds spécial soit créé, à travers le loto par exemple, pour aider au dépalcement des sportifs. « Il faut que les sportifs et encadreurs cessent d’être des mendiants, et que ces refus catégoriques concernant leur déplacement à des compétitions internationales cessent ».
De son côté, Philippe Boudou, ancien maire de Beau Bassin Rose-Hill, a souhaité plus de collaboration entre les collectivités locales et les différentes équipes. « Cette collaboration s’effrite d’année en année et cela n’encourage pas la formation et le sentiment d’appartenance. La gestion d’une équipe doit également être effectuée de manière professionnelle », a-t-il souligné.