MMM—EN L'ABSENCE DU MSM À LA PARTIELLE—BÉRENGER: « La lutte sera entre le MMM et le PTr »

A la veille du Nomination Day hier, le leader du MMM, Paul Bérenger, a estimé qu'en l'absence du MSM au scrutin, l'élection se jouera entre le MMM et le PTr. Il s'adressait après-midi à la presse à l'hôtel Henessy avec, à ses côtés, la candidate de son parti, Nita Juddoo, et avec en toile de fond une photo géante de la candidate qui sera utilisée durant la campagne.
« Tout laisse croire que le MSM se sauvera et ne présentera pas de candidat à l'élection. Dans ce cas, le match sera entre le MMM et le PTr, ce qui ne nous empêche pas de traiter nos adversaires avec respect », a lancé Paul Bérenger. Par la même occasion, il a dit toute son appréciation et son « admiration » pour la façon dont Nita Juddoo a mené sa campagne durant ces six dernières semaines. Cette dernière a lancé un appel à ses adversaires en les invitant à « ne pas tomber dans l'excès » et à poursuivre la campagne « dans le calme et la sérénité ». Dans le même souffle, elle a remercié les habitants de la circonscription pour « leur accueil chaleureux, leur civilité et leur courtoisie ».
Le leader du MMM a reconnu que le taux d'abstention  constituait un problème à surmonter. Cependant, Paul Bérenger a dit son souhait que l'électorat « comprenne que cette élection constitue un tremplin » pour un « changement en vue des élections générales ». Concernant l'absence de Vijay Makhan, le leader mauve a expliqué que ce dernier ne peut se déplacer car étant souffrant.   
Au début de sa conférence de presse, le leader mauve a remercié le chef ministre de l'Uttar Pradesh, Yogi Adiyanath, pour n'avoir fait « aucune déclaration susceptible de créer des problèmes » à Maurice. Il a également exprimé sa sympathie aux familles des victimes d'une forte explosion survenue dans l'Uttar Pradesh mercredi, et qui a fait quelque 26 morts et 100 blessés. Et d'observer que le MMM a accordé « de tout temps une grande importance aux relations entre Maurice et les pays et régions de peuplement » de notre pays.
Sur le chapitre du parlement, Paul Bérenger a dénoncé « le passage rapide » du député Kalyan Tarolah dans l'hémicycle mardi afin qu'il puisse bénéficier pleinement de trois mois de congé. « Je blâme la Speaker car c'est elle qui a permis que cela se produise. La motion de blâme présentée contre le député Tarolah par Rajesh Bhagwan aurait dû avoir été à l'agenda depuis mardi dernier. Or, elle a choisi de ne rien faire », a-t-il estimé avant d'inviter le gouvernement à « prendre note de ce qui se passe en  Grande-Bretagne », où le ministre de la Défense, Michael Fallon, a été forcé à soumettre sa démission pour avoir eu un comportement indécent vis-à-vis de femmes. Il a également dénoncé les propos « écœurants » tenus par le secrétaire général du PMSD contre la Speaker un mois après l'affaire Rutnah.
Paul Bérenger a ensuite fait une forte sortie contre le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo. « Lorsque vous présidez le conseil des ministres de la COI pour une année, il ne faut pas se comporter d'une façon à faire honte à Maurice », a-t-il soutenu, accusant le ministre « d'utiliser » les instances de la COI « pour régler ses comptes personnels » envers Jean-Claude de l'Estrac. Il a d'ailleurs fait mention d'un communiqué des Comores pour exprimer leur indignation. « S'il y a un problème, il faut le régler en interne et ne pas l'utiliser pour régler de comptes personnels. »
Invité à commenter les allégations de Xavier-Luc  Duval au sujet des « koze koze » entre le MMM et le MSM, le leader mauve a estimé que le leader du PMSD serait « indigne » d'occuper le poste de Premier ministre « après avoir dit ne pas avoir de respect pour la Speaker » la semaine dernière. S'agissant enfin de la réforme électorale, il a estimé que cette dernière « ne sera jamais introduite aussi longtemps que le MSM sera au pouvoir ».