Paul Bérenger est catégorique: « La présidente n’a pas de pouvoir pour nommer une commission d’enquête de sa propre initiative». Commentant les récentes évènements concernant le conflit PM/Présidente, le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) estime qu’il y a suffisamment de « Serious Act of Misconduct » pour faire destituer la présidente.

« Le MMM considère totalement inacceptable que le Premier ministre n’a toujours pas présenté une motion pour le removal de la présidente à travers un tribunal sous la section 30 de la constitution. Désormais, il y a carrément un viol de la constitution, » dit-il.

Paul Bérenger a également constaté que la Présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim s’est laissé influencer et conseiller par plusieurs personnes. Il soutient ainsi, qu’il est urgent que le PM arrête de tergiverser et nomme un tribunal pour destituer la présidente, ajoutant que dans l’intervalle de la mise en place d’un tribunal, il faudrait suspendre la présidente de ses fonctions.

Le leader des mauves affirme ainsi que la constitution est claire, « la présidente n’a pas de pouvoir pour nommer une commission d’enquête. » Il exige de ce fait que le gouvernement présente une « vraie » commission d’enquête avec des Terms of Reference plus large. « Si le PM refuse une telle commission, ce sera un aveu de culpabilité de sa part. » ajoute Paul Bérenger. Le MMM certifie ainsi son vote pour la motion et la suspension de la présidente. « Je pense personnellement que la présidente va partir dans les heures ou les jours qui viennent. »

Paul Bérenger souhaite également que toute la lumière soit faite sur l’affaire de Sobrinho  « Nous devons savoir qui a poussé la présidente dans les bras d’Alvaro Sobrinho, » affirme-t-il.