C’est aujourd’hui à 17h (4h à Maurice) que Jonathan Drack entrera en scène en finale directe du concours du triple saut lors de ses premiers Championnats du monde en salle à Portland aux États-Unis (17-20 mars). Le Mauricien basé à Toulouse, qui avait été n°1 du classement mondial de l’IAAF en janvier avec un bond de 16,66 m, se retrouvera sur un plateau de 16 finalistes.
Jonathan Drack est engagé avec la 11e meilleure performance du tableau avec un bond de 16,67 m réalisé début février au meeting en salle de Karlsruhe, en Allemagne. Mais le Mauricien détient aussi une meilleure marque nationale de 16,96 m établie en juillet 2015 à Castres (France), où il avait du reste validé sa qualification aux minima des mondiaux d’été tenus à Pékin en août dernier. Si le podium pourrait être difficile à conquérir, Drack pourrait toutefois taquiner sa référence nationale pour la porter plus loin. D’autant qu’il avait enlevé l’or aux Jeux des îles en retombant à 17,05 m avec vent favorable de +3,6 m/s.
Pour l’heure, c’est le Chinois Bin Dong avec 17,41 m en salle cette saison qui domine le lot. Il est suivi de l’Allemand Max Hess (17,00 m), des Américains Omar Craddock (16,95 m) et Chris Benard (16,93 m), des Français Harold Correa (16,91 m) et Benjamin Compoaré (16,88 m), du Kazakh Roman Valiyev (16,87 m), du Roumain Marian Oprea (16,82 m), du Portugais Nelson Evora (16,71 m) et de l’Espagnol Pablo Torrijos (16,68 m).
Les cinq autres concurrents sont l’Azéri Nazim Babayev (16,50 m), le Nigérian Tosin Oke (16,48 m), l’Américain Alphonso Jordan (16,28 m), le Nigérian Olu Olamigoke (15,87 m) et le Dominicain Yordanys Duranova (17,20 m). À l’exception de ce dernier, tous les autres finalistes du concours ont été engagés sur la base de leur meilleure marque en salle de la saison.