Monsieur le PM, quand allez-vous cesser d’être un « communiqué » ?

Monsieur le Premier ministre,
Je croyais que vous alliez prendre le ton d’un « chef de gouvernement » pour nous annoncer que votre gouvernement n’irait pas de l’avant avec l’énergie dérivée du charbon. D’autant plus que vous nous reveniez de Davos, où vous avez rencontré Joël de Rosnay, votre conseiller en écologie. Eh bien non, puisque les « Blancs » des IPP utilisent du charbon, votre logique de « tretman egal » veut que CT Power, puisse « charbonner » aussi.
Je note que vous vous dites « sensible » à ce que fait l’admirable Jeff Lingaya. Mais même si votre délégué, le député et PPS Patrick Assirvaden, se dit lui aussi contre le charbon, votre gouvernement accorde pourtant sa confiance à CT Power.
Vous me voyez donc déçu que vous n’ayez pas pris en compte le risque que prend, à court terme, Jeff Lingaya, du fait de sa grève de la faim, et à long terme, la menace qui pèse sur Albion et sur toute la côte ouest de notre île, du fait de l’implantation de cette centrale à charbon dans cette région. Sincèrement, les contrats signés entre les Independent Power Producers (IPPs) et le gouvernement Jugnauth/Bérenger sont-ils dans l’intérêt du pays ? Si oui, c’est normal que votre gouvernement les respecte. Mais s’ils minent notre économie et les finances du CEB, pourquoi ne pas les contester en Cour ? Et par ailleurs, après les avoir tant contestés quand vous étiez dans l’opposition, pourquoi votre gouvernement cohabite maintenant avec les IPPs ?
Vous avez parfaitement raison de rappeler qu’à l’époque, personne, au sein de la population ou de la presse, n’avait condamné les IPPs. Votre parti l’avait effectivement fait, mais uniquement en dénonçant les contrats. Il n’était aucunement question alors de charbon ! Vous devez d’ailleurs être félicité pour avoir inscrit dans votre programme le projet d’une île Maurice durable. Maintenant que tout un chacun est « eco-conscious », pourquoi ne pas voir ensemble quelles sont les alternatives énergétiques au lieu de tracer notre destin commun au charbon ?
Votre première tournée politique…
Vous rappelez-vous votre première tournée politique dans l’île en 1991 ? A l’époque, après que Sir Satcam Boolell vous a convaincu de venir prendre les rênes du Parti travailliste, vous vous êtes embarqué dans une redécouverte de votre île natale après un long séjour à Londres. Un quotidien où j’y étais journaliste m’avait donc délégué pour vous « suivre » pas à pas. Vous avez visité tous les villages du sud, et je me souviens de deux escales, l’une à Rose Belle, où vous avez été choqué à la vue des derniers camps sucriers de la propriété, en fait des « lekiri » où « vivaient » encore des laboureurs, et l’autre à Batimarais, où vous-même, Razack Peeroo et Siddick Chady se sont arrêtés dans une cour où un arbre, tombé sur une maison, près de cinq ans après un cyclone, y était toujours incrusté !
Et là, je me souviens parfaitement, à l’intérieur des « lekiri » de Rose-Belle, de ce que vous avez dit : « Koumsa dimounn viv dan Moris ? Kan mo vinn o pouvwar, mo pou fer tou pou ki pena lamizer isi. » Je présume que c’est là qu’est né votre slogan « Mo pou sanz ou lavi dan 100 zour… ». Pourtant, aujourd’hui, Rose-Belle s’est développé, et le béton a remplacé les camps sucriers ; les shopping malls sont là. Cependant, les pauvres de cette région qui vous ont touchés ont-ils vraiment besoin de malls ou de maisons pour abriter leurs rêves d’une vie meilleure ?
A ce jour, vous êtes le politicien que j’ai le plus couvert, à travers meetings, cocktails, inaugurations entre autres, durant les trois années où j’officiais dans un autre quotidien. Puis-je donc me permettre de vous demander depuis quand n’êtes-vous pas retourné à Batimarais ? Razack Peeroo, aujourd’hui Speaker, ne pourra être à vos côtés, alors que Siddick Chady serait trop pris avec l’affaire Boskalis. Retrouverez-vous cette cour et cette maison au toit défoncé par un manguier ? Cette modeste demeure est-elle toujours ainsi, ou cette famille pauvre a pu trouver un logement décent ? Et qu’importe si c’est le gouvernement d’alors, dirigé par Sir Anerood Jugnauth, qui lui a donné ce toit, ou si la famille vit toujours dans la misère. La question est : qu’a fait le jeune Navin Ramgoolam d’alors, simple « Londoner » débarqué à Maurice ? Avez-vous vraiment le sentiment d’avoir pu changer la vie de vos compatriotes en 100 jours ?
Allez rendre visite à Jeff Lingaya !
Si vous avez le sentiment du devoir accompli, passez outre tout ce qu’on vous dit. Et faites comme bon vous semble ! Mais si vous pensez que vous n’avez pas encore réussi à transformer la vie des Mauriciens pauvres, eh bien Navin Ramgoolam, je vous donne un conseil d’ami : allez rendre visite à Jeff Lingaya le jour même où vous lirez ces lignes. Les grands de ce monde, que vous avez côtoyés durant vos trois mandats, savent se débarrasser de leur ego quand il le faut. Barack Obama descend dans les rues de Washington pour aller manger un hot-dog ; François Hollande prend le TGV comme tout français « normal » et un ministre de David Cameron se rend au travail via le « tube ».
Vous voyez désormais Maurice à travers les vitres de votre voiture blindée. Et quand vous prenez des bains de foule, c’est uniquement le temps des meetings ou des réunions au square Guy Rozemont. Vous n’êtes entouré que de conseillers et « d’amis » qui vous veulent du bien puisque leurs affaires prospèrent à votre proximité. Mais de ce contact tangible avec les êtres et les choses, comme à Rose-Belle et Batimarais, qu’en est-il Navin Ramgoolam ? Quand allez-vous vous avouer qu’entouré de vos gorilles, vous n’entendez plus monter les plaintes des démunis ?
Suffit-il vraiment de plus de pouvoirs pour être « un président à la française », ou n’aurait-il pas fallu se déranger soi-même, au lieu d’envoyer Patrick Assirvaden, au jardin de la Compagnie, pour montrer qu’on n’a pas perdu son âme ?
Savez-vous pourquoi votre « meilleur ennemi », Paul Bérenger, a récolté autant de sympathie de toutes les couches de la population ? C’est parce que le leader du MMM a choisi le langage de la vérité, et que ses mots sont allés droit au cœur (sans jeu de mot !) de ceux qui ont eu un proche ou un ami affecté par le cancer. Dans votre cas, c’est par le biais d’un « communiqué » que nous avons appris que vous étiez malade !
Monsieur le Premier ministre, quand allez-vous cesser d’être un « communiqué », et nous revenir en vrai « flesh and blood », tel que Sir Seewoosagur Ramgoolam vous a fait ?
Et puisque vous représentez les preux, agréez l’expression des salutations distinguées de celui qui se nomme dorénavant Le Vicomte des Gueux.


Commentaires

M. Assonne votre article est vraiment touchant, je ne peux dire chapeau Monsieur. En conclusion on peut dire que restez au pouvoir et abusez de tous les luxes a sa disposition le Navin Ramgoolam a oublie que voyager dans un bus tous les matin bloquer dans l'embouteillage est une realite pour beaucoup mauriciens mais a part pour lui et ses adjoint qui ne eux ne pourront jamais etre en retard vue qu'il sont dans des voitures de luxe escorter de leur maison jusqu'a leur bureau sans s'arreter et pendant leur passage c'est toutes les circulations qui sont bloques juste pour permettre ces messieurs d'arriver sain et sauf a leur bureau a pleine vitesse.

Bonjour M.Assone,

J'ai souvent eu le plaisir de vous lire et je trouve que vos articles sont souvent juste et de coeur pour la défense des nos citoyens démunis et pour le combat d’une île-Maurice meilleur. Aujourd’hui en parcourant votre article, qui d’ailleurs très argumenter, je vous demanderai de ne plus donner l’importance à cet homme qui est Navin Ramgoolam (je n’ose même plus l’appeler premier ministre) car ce dernier ne mérite pas vos bon conseil et comment doit se comporter un chef d’état envers son peuple.

Cet homme a gangréné notre société par ces nombreux scandales de fraude et de corruption (l’affaire Nandanne, Medpoint, MITD, Airport Duty Free, SICOM, Hedging etc) et aujourd’hui notre patrie est gravement malade. Cet homme à propager une mentalité dans la population la vertu de chacun pour soit et de protectionnisme personnel.

Votre support et votre combat pour notre patrie, me semblerait plus juste de monter sur la barricade et de dénoncer vivement Navin Ramgoolam sur ces excès de pouvoir, sur sa façon d’être a la défensive dès qu’il est aculé pour ces manquements comme un chef d’état. Il me semble que si nous arrivons à canaliser tous nos efforts et nos forces à dénoncer le Ptr-PMSD-Transfuges et qu’on fait sortir ce régime pourri jusqu'à l’os notre patrie sortira gagnant et laissons à l’opposition de faire ses preuves et ce dernier ne livre pas la marchandise, ils subiront de part la population la même médecine que le gouvernement précédent.

PS : S’il vous plaît , ne comparez pas Navin Ramgoolam a Paul Bérenger , car Navin n’a ni l’étoffe ni l’intelligence d’un chef d’État vis-à-vis d’un Paul Bérenger qui est un patriote pour son pays.

While I appreciate the words of Mr. Assone for its pertinence and truth, I totally reject the analysis and critics you are forwarding. With regard to Paul Bérenger I have a totally opposite reading. Does he have "l'étoffe d'un chef d'État", when he said on TV that "Navin Ramgoolam éna ene figure f..."? Éne chef d'État sa? My young daughters were shocked to hear that.

And his public reference to his illness, I doubt if it's really is an exercise of transparency. Was it not rather an exercise to stop the fading away of his supposed popularity? May be he felt the need to do so because "bane militants coaltar ine plein are so banne coustics politic" One day "Praveen ek so papa mari senti pi avec scandale du siécle" the next day "remake" Ki kalité sa? Faire honté.

After all, can you tell me what this "imposteur, menteur, irresponsable, has done for our country? On the eve of election day in 1982, he said he will get one billion rupees from ... Khadafi, ene dictateur, ene terroriste. Ene sous jamais ine gagné. Li introduire Sales Tax et li vine dire lor TV "sa pa pou affecté ou, comsomateurs, comersant la ki pou paye sa" Ki kalité menteur sa. Pou so bane cousins, 57 millions, pou le peuple tout 5% plis cher. Si bizin continuer cozé lor sa marxiste Pierre Cardin la,éne bibliotec pa pou assé. Then stop telling people "li meme Moise", they deserve the truth, all the plain truth and not a blinded/perverted truth promoted by people motivated by feelngs they are themselves so ashamed of to confess.