MP : Le gouvernement doit prévoir un plan d’aide de réhabilitation pour les familles de Barkly, selon Alan Ganoo

Lors d’un court point de presse tenu hier après-midi au siège du Mouvement Patriotique (MP) à St-Jean Quatre-Bornes, Alan Ganoo a commenté les événements majeurs de la semaine dernière.
Le leader du MP déplore le fait que les autorités n’aient pas prévu un délai suffisant pour les habitants des Résidences Barkly afin de procéder à la démolition de leurs maisons se trouvant sur les terrains du gouvernement. Selon lui, contrairement à ce qu’on laisse croire, ces derniers n’ont pas été informés de la situation depuis 2014, mais depuis un mois seulement. Le président du MP regrette aussi qu’aucun des habitants de ce faubourg de Beau-Bassin n’ait touché de compensation, à l’exception de certains.
Pour le MP, le gouvernement aurait dû prévoir un plan de réhabilitation pour ces familles. Il a ajouté que le gouvernement mauricien aurait dû s’inspirer des provisions des lois australiennes ou anglaises, comme “pay disturbance” ou encore “make an offer to the person stating the amount of compensation the authority is prepared to pay.”
Pour lui, le progrès doit être salué mais ne doit pas se faire au détriment des plus modestes. Rejoignant l’avis du cardinal Maurice Piat qui s’est exprimé vendredi soir, lors de la messe célébrée à Ste-Croix, il dira: “Nu totalement dacor avec cki le cardinal Piat ine dir hier soir: oui au développement et au progrès, mais dans ène l’état civilisé pu ène gouvernement ki éna à cœur lintéret bane ti dimune, eski pas ti bisin écoute zot, planifier pu cause moins souffrance?” Mais, prévient-il, il y aura d’autres situations semblables à celles de Barkly, notamment à Quatre-Bornes, Belle-Rose ou encore Sadally quand les travaux débuteront.
Lors de ce point de presse où il était entouré des membres de son parti, Alan Ganoo a démenti les propos de Roshi Bhadain disant qu’il ferait actuellement campagne avec Arvind Boolell et amènerait un rapprochement entre les travaillistes et le PMSD dans le cadre des élections partielles. Alan Ganoo a aussi commenté l’actualité internationale, notamment “l’ethnic cleansing”, et a exprimé sa solidarité avec des Rohingyas de Birmanie. humanitaire.