• L’haltérophilie se taille la part du lion alors que l’équitation demeure le grand perdant
  • L’équipe nationale junior de rugby à 7 sacré en sports collectifs mais son entraîneur Patrice François passe à la trappe…

Le National Sports Award cuvée 2018 s’est tenu samedi au Caudan Arts Centre, à Port-Louis. Comme l’on pouvait s’y attendre, le badiste Julien Paul a été sacré Sportsman of the Year alors qu’en féminin, l’haltérophile Roilya Ranaivosoa succède à la judokate Christianne Legentil au palmarès. L’haltérophilie a réalisé une véritable razzia avec la victoire également de Ketty Lent (Junior Sportswoman of the Year) et Gino Soupprayen (Coach of the Year, Sports Individuels). Margaux Koenig et son entraîneur, Estelle Chane, n’ont malheureusement pas été de la fête.

C’est dans une ambiance détendue qu’a eu lieu cette cérémonie des oscars récompensant les meilleurs athlètes de la saison passée. C’est dans les alentours de 18h30 que le festival a débuté avec comme maître et maîtresse de cérémonie, Jessie Rambojun et Rajiv Gunputh. Sarah Rawat-Currimjee, présidente de la Mauritius Sports Council, a fait ressortir que « Les athlètes nominés ce soir ont beaucoup de chance car ils ont bénéficié du soutien de nombreuses personnes pour arriver jusqu’ici et ils ne doivent pas l’oublier. Il est important de continuer à travailler pour faire flotter très haut le quadricolore mauricien. Étant moi-même une ancienne athlète, je comprends tous les sacrifices auxquels doivent faire face ces compétiteurs. »

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, est lui ravi que les sportifs se donne à 200%. « Vous incarnez une jeunesse volontaire et ambitieuse et vous devez viser encore plus haut. Nous dépensons près de Rs 1,5 M mensuellement pour les allocations et autres grants pour les athlètes faisant partie du High Level Sports Unit (HLSU). Nous allons tout faire pour permettre aux athlètes de parfaire leur préparation en vue des JIOI. Comme je l’ai déjà dit, ces JIOI à Maurice seront des Jeux 5 étoiles. »

La catégorie reine a été remportée par Julien Paul et Roilya Ranaivosoa. Une victoire qui ne souffle d’aucune contestation étant donné la saison incroyable réalisée par les deux forces en présence. Le badiste, champion d’Afrique en titre, ne l’a pas volé, lui qui remporte ce titre pour la première fois de sa jeune carrière.

Roilya dédie ce sacre à sa maman

Et que dire de Roilya Ranaivosoa ? Seule médaillée d’argent aux derniers Jeux du Commonwealth à Gold Coast, elle avait également conservé son titre de championne d’Afrique à Pointe Jérôme. Elle qui est si souvent passée tout près de la victoire, force est de constater que cette fois, il n’y avait pas photo. « C’est un vrai ouf de soulagement. J’ai beaucoup travaillé et fait d’énormes sacrifices pour être là ou j’en suis. Au sein de l’haltérophilie mauricienne, nous sommes une famille. Nous rions et nous pleurons ensemble. C’est ce sport qui en sort gagnant. Je remercie tous ceux qui ont contribué à mon succès », a confessé cette Iron Woman, sous le regard émerveillé de sa maman. « Ce trophée est pour elle et tous les combats qu’elle a menée. Elle est ma force », a soutenu cette grande championne.

Dans la catégorie Junior Sportsman of the Year, la logique a été pleinement respecté la palme qui est revenue à Terence Saramandif. Médaillé d’or aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en canoë/kayak, il a été le GRAND bonhomme de la saison 2018. Encore méconnu du grand public avant ces Jeux de Buenos Aires, il en est aujourd’hui un digne ambassadeur. Chapeau l’artiste ! Mais là ou le bât blesse, c’est du côté féminin. C’est Ketty Lent qui, contre toute attente, s’est vu décernée la palme de Junior Sportswoman of the Year. Nous ne remettons pas en question la qualité de cette jeune espoir de l’haltérophilie local. Loin de là! Car Ketty Lent n’a pas obtenu de médaille d’or aux Jeux d’Afrique de la Jeunesse mais bien l’argent, et ce, malgré le fait qu’elle est battu des records nationaux.

Les « Sports Collectifs » : À ne plus rien comprendre

Contrairement à la cavalière Margaux Koenig, médaillé d’or à ces mêmes Jeux d’Afrique dans la compétition par équipe, et 3ème en individuel. Elle a même été médaillée de bronze, avec l’équipe africaine aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. Sur ce coup là, Koenig méritait amplement cette distinction. Mais le meilleur reste à venir. L’équipe nationale junior de rugby à 7, a remporté le titre de Team of the Year « Sports Collectifs ». La logique voudrait que l’entraîneur nominé pour le Coach of the Year « Sports Collectifs », à savoir Patrice François, obtienne gain de cause. Mais à la surprise générale, c’est l’entraîneur de l’équipe féminine de volley-ball, Prisca Seerungen, qui a obtenu cette distinction. Ou est la logique ?

Car si l’équipe de Quatre-Bornes Volley-Ball Club avait été sacrée dans la catégorie Team of the Year, « Sports Collectifs », l’on aurait compris, aisément même, la victoire de Seerungen chez les entraîneurs, d’autant qu’elle a mené cette équipe vers le sacre régional. Là encore, nous ne remettons pas en cause les compétences de l’ancienne coach du QBVC, mais surtout de l’incompétence de la MSC. Ces oublis ne manqueront pas de faire grincer des dents.

Les nominés

Sportsman of the Year : Julien Paul (Badminton)
Sportswoman of the Year : Roilya Ranaivosoa (Haltérophilie) 
Junior Sportsman of the Year : Terence Saramandif (Canoë/Kayak)
Junior Sportswoman of the Year : Ketty Lent (Haltérophilie) 
Most Promising Sportsman of the Year : Jake Lam (Tennis) 
Most Promising Sportwoman of the Year :Malika Ramasawmy (Tennis)
Coach of the Year « Sports Individuels » : Gino Souprayen (Haltérophilie) 
Coach of the Year « Sports Collectifs » : Prisca Seerungen (Volley-Ball)
Team of the Year « Sports Individuels » : Uber Cup – Championnats par équipes (Badminton)
Team of the Year « Sports collectifs » : Équipe nationale de Rugby juniors (Rugby à 7)
Handisports (hommes) : Vincent Duval (Aurally), Denovan Rabaye (Mentally), Nitesh Momine (Physically), Kessaven Narrainen (Visually)
Handisports Dames : Shleysha Lokheram (Aurally), Ashley Trinity Telvave (Mentally), Noemi Alphonse (Physically), Andorra Asaun (Physically)

Déclarations

Julien Paul, Sportsman of the Year, représenté par son frère Christopher

« Avec le soutien du peuple mauricien, je compte bien atteindre les sommets. »

« J’ai un message à vous faire passer de la part de mon frère. Je tiens avant toute chose à remercier tous ceux qui ont contribué à mon sacre. Je suis très heureux et ça fait immensément plaisir d’être reconnu par mes pairs. Cela démontre que je fais du bon travail et que le meilleur de moi, reste à venir. Le rendez-vous est pris pour les prochains Championnats d’Afrique seniors, ainsi que les JIOI à Maurice. Mon objectif est de faire flotter très haut le quadricolore national.

Gino Soupprayen, Coach of the Year, « Sports Individuels »

« Une grande victoire pour l’haltérophilie »

« C’est avant tout une grande victoire pour l’haltérophilie. Je suis très content et encore plus surpris car je ne m’attendais pas à monter sur scène pour obtenir ce sésame. Je dédie ce sacre à ma femme et mes deux enfants. Sans le soutien indélébile de ma famille, je n’aurais jamais donné autant de temps à ma discipline de prédilection. J’aime l’haltérophilie et je respire ce sport. C’est un bonheur pour moi de le partager avec mes protégés »

Noémi Alphonse, sacré dans la catégorie handisports (Physically)

« Un grand merci du fond du coeur »

« C’est très difficile dans ses moments là de contenir ses émotions. Un grand merci à mes parents, mon entraîneur Jean-Marie Bhageerathee, le ministère de la Jeunesse et des Sports et aussi à mon grand-père. Pensée spéciale pour Clara. Un grand merci du fond du coeur »