MSM - BUREAU POLITIQUE : Pravind Jugnauth « Mo kone kot mo pe ale »

Le Bureau politique du Mouvement socialiste militant (MSM) s’est réuni dans l’après-midi d'hier. À sa sortie du bâtiment du Sun Trust, le leader du parti soleil, Pravind Jugnauth, a affirmé que « mo kone kot mo pe ale », comme pour réagir face aux conseils que lui a prodigué le président de la Hindu House dimanche dernier. Ce dernier avait invité le Premier ministre « à prendre une décision ferme » concernant les ministres et députés qui risquent de mener son gouvernement à sa perte.
« Mo reflesi. Mo tenir an kont tou bann informasion. Mo pa pran desizion san ki mo gagn tou bann done divan mwa », a déclaré Pravind Jugnauth hier. Il a aussi avancé que cette rencontre du Bureau politique « n’avait rien de spécial » et n'a débouché sur « aucune décision majeure », mais que « c’était tout simplement pour passer en revue la situation ».
Les évènements survenus au sein d’Air Mauritius et la situation des pilotes ont également été commentés. « Air Mauritius finn a lazenda. Finn ena lokazion pou explik seki nou finn temwagne. Mo trouv sa inakseptab ki finn ena konsertasion de quelques pilotes, ki finn amenn bann avion pa kapav dekole », a déclaré le Premier ministre. Selon lui, la compagnie d’aviation nationale a encouru des pertes chiffrées à ce stade à « Rs 242 millions ». S’il a affirmé ne pas vouloir s’attarder sur les détails de cette affaire, il a tout de même indiqué avoir pris note de la réintégration d’un des trois pilotes concernés, « ki finn rekonet so erer ek finn prezant so exkiz ».
Pravind Jugnauth a également évoqué l’agression survenue durant le week-end lors d’un concert et impliquant des bouncers. D’après les informations qu’il dit détenir, ce sont « des bouncers de Navin Ramgoolam, ki mars partou avek li kot li ale, kan li vinn lakour, kan li al dan bann renion, etc », qui seraient à l'origine de cette agression. Selon le chef du gouvernement, c’est « une autre facette de ce que Ramgoolam représente avec ses bouncers ».
En ce qui concerne la nomination du Chief Whip, Pravind Jugnauth a laissé entendre qu’une décision n’a pas encore été prise à cet effet. S'agissant de la campagne à Belle-Rose/Quatre-Bornes, il a soutenu que « la police assure l’ordre surtout avec les cas rapportés de banderoles découpées ».