Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, a affirmé à « ses soldats » du No 16 hier, qu’il doit « d’abord passer par l’étape en Cour suprême » prévue pour janvier avant que le Premier ministre sir Anerood Jugnauth puisse prendre une décision de le réintégrer au sein du Conseil des ministres et pourquoi pas, devenir Premier ministre du pays, selon la volonté de certains membres du parti et exprimée par le ministre des Affaires étrangères Étienne Sinatambou. Les membres de la régionale de la circonscription No 16 étaient conviés à leur dîner de fin d’année hier, à la municipalité de Vacoas/Phoenix.
Lors de son intervention, le leader du MSM a tenu à dire quelques mots sur l’affaire MedPoint dans laquelle il a été condamné par la Cour intermédiaire à 12 mois de prison avant de donner avis d’appel. L’affaire sera entendue en janvier devant la Cour suprême, affirme-t-il, en précisant « être en contact régulièrement avec son avocate ». Il déplore le fait qu’un journal ait déclaré que « mo avoka inn retir li dan mo case. Se enn fos nouvel ». « Je me suis personnellement investi pour préparer cette affaire avec mon avocate et le soutien des amis de Maurice. Je suis satisfait. Nous l’avons préparée au mieux de nos capacités. » Réagissant aux propos d’Étienne Sinatambou plus tôt, il souligne : « Zanvie case-la pou pass Lakour Siprem, avan ariv letap ki Étienne inn dir, avan ki SAJ deside, pou bizin pass sa letap-la. Lakour Siprem ki pou deside. » Pravind Jugnauth s’est appesanti sur la confiance qu’il a dans le judiciaire mauricien, et ce, même s’il a été condamné par la Cour intermédiaire à 12 mois de prison. « Mo pena narnie pou dir kont zot. Mo pa dakor avek sa zisman-la. Akoz samem monn fer apel be nou gete ki pou arive pli divan. Mo konfian ek mo fer konfians le ziz. »
Le leader du MSM est revenu sur sa démission comme ministre pour affirmer que cette décision a été prise pour deux raisons. La première est fondée sur ses principes. Selon lui, il ne pouvait assumer ses fonctions de ministre en étant condamné par la cour. La deuxième : c’est à cause de ses camarades militants. « Kan zot marse, zot bizin kapav mars la tet ot. Personn pa kapav dir zot, zot leader inn kondane ek li pe kontign agrip a pos minis », dit-il.
Pravind Jugnauth soutient qu’il n’est pas de ceux qui s’agrippent « aux honneurs, aux titres et aux privilèges », d’où « ma décision de démissionner lorsque je faisais partie du gouvernement de Navin Ramgoolam ». « Kan monn trouve kouma li pe amenn pei dan trou […], mo pann ezite avek bann kamarad pou demisione. Zordi, nou pe trouv skandal lor skandal. Kouma linn devaliz la kes piblik, […] zordi, laverite pe sorti lor tou seki nounn denonse. »
Pravind Jugnauth a aussi parlé du MMM et de sa position par rapport au Good governance and Integrity Reporting Bill. Cependant, il estime que le MMM n’est pas un problème, mais que « le véritable problème », c’est « enn mafia ki finn instale dan sertin institisyon, ki pena kouler politik me ena pouvwar ek de par so responsabilite, li servi pouvwar pou met baton dan larou sa gouvernman la ». « Nou bizin res vizilan. Nou determine parski nou bizin konkretiz volonte popilasion. »
Étienne Sinatambou, quant à lui, a invité les partisans du MSM à se concentrer sur le travail à faire et à ne pas se laisser distraire par ce qui est dit. Pour lui, « en 2016, il faudra organiser les différentes branches qui travaillent au niveau des centres de vote afin de pouvoir maintenir le pouvoir jusqu’à la fin de ce mandat ». Il a aussi exprimé sa confiance dans le judiciaire et que « Pravind Jugnauth pou gagn so lapel ». « Nou atann ki nou leader repran so plas dan kabine, e avek la gras, la bonte ek la volonte de SAJ, li kapav vinn PM limem ».
Prenant la parole à son tour, le secrétaire général du MSM, Nando Bodha, a affirmé que l’Alliance Lepep « est stable et très soudée ». « Avant les élections de 2014, sincèrement, je ne croyais pas qu’on allait gagner. » Selon lui, nul ne se doutait de la gravité de la situation concernant la fraude et la corruption dans le pays lorsque l’Alliance Lepep parlait de « nettoyage ». Le ministre des Infrastructures publiques a commenté l’affaire BAI en affirmant que le gouvernement n’aurait pas pu tenir le coup s’il ne l’avait pas démantelé le groupe BAI à temps. Il a dit son soutien au leader du MSM et affirme : « Nou prie ek nou espere ki an apel les choses se passent bien et que Pravind Jugnauth retrouve sa place au sein du Conseil des ministres. »