MT (CONFLITS AU SYNDICAT) : L’intervention du ministre Callichurn réclamée

La suspension des élections à la Mauritius Telecom Employees Association (MTEA) est considérée comme une « tactique pour priver les membres de leur droit de vote », par des contestataires. Ces derniers, qui avaient déjà écrit au Registrar of Association pour réclamer une enquête sur l’organisation de ces élections, invitent le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, à intervenir dans ce conflit.
Les élections pour le renouvellement de l’exécutif de la MTEA devaient se tenir le 10 juin dernier. Mais suite à une mise en demeure servie au syndicat par un membre, en l’occurrence Sonnie Purnima Gokhool, l’ordre a été donné de suspendre les élections. Cette dernière dit « craindre pour sa sécurité » après avoir reçu un appel téléphonique d’un membre de l’exécutif qu’elle considère « menaçant ». Elle demande ainsi la suspension des élections en attendant que la police enquête dans cette affaire.
Toutefois, pour un groupe de contestataires au sein même du syndicat, « il s’agit d’une tactique pour ne pas tenir les élections ». Dans une lettre adressée au Registrar of Association, Mahendra Dutt Pem et neuf autres signataires allèguent : « MTEA election has been hijacked for unplausible reasons. » Ces derniers soulignent également que la situation est « chaotique » avec deux clans s’affrontant au sein de l’exécutif. D’où l’appel au ministre du Travail pour intervenir dans ce conflit.
Les contestataires indiquent également que tous les membres sont dans le flou et ne savent pas ce qui se passera entre-temps. Ils demandent aussi au Registrar of Association d’organiser de nouvelles élections « afin de rétablir la confiance et la sérénité parmi les employés de Mauritius Telecom ».
L’enregistrement d’une conversation téléphonique avait fait grand bruit il y a quelque temps à Mauritius Telecom. On entendait une voix masculine s’adresser à une femme, soit Sonnie Purnima Gokhool, lui demandant de ne pas faire équipe avec l’actuel président, Raj Raghoonath. Celle-ci a ensuite fait une déposition à la police et a servi la mise en demeure au syndicat réclamant la suspension des élections.
Auparavant, trois membres avaient écrit au Registrar of Association pour dénoncer le manque de transparence autour de l’organisation des élections. Le Chief Executive de Mauritius Telecom, Sherry Singh, avait même lancé un appel à l’apaisement, souhaitant que les élections se déroulent dans les meilleures conditions. Alors que le président actuel, Raj Raghoonath, avait dénoncé « une campagne contre moi », d’autres s’interrogent sur les moyens utilisés pour obtenir l’enregistrement téléphonique ayant fait l’objet de la mise en demeure.