Lors d’un forum débat organisé par le Muvman Premye Me (MPM) au centre Nelson Mandela, à Berthaud, Quatre-Bornes, les intervenants ont déclaré que le nouveau gouvernement de l’Alliance Lepep « napa dan kote sitwayin travayer ». Cela eu égard aux orientations du Budget présenté par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo. Cette rencontre s’insérait dans le cadre de la mobilisation pour la fête du Travail, le vendredi 1er mai prochain, à la Place Taxi à Beau-Bassin. Jack Bizlall, les avocats Dev Ramano et José Moirt, et la syndicaliste Patricia Babet, entre autres, sont intervenus au cours de ce forum qui a attiré environ 200 résidents du quartier de Berthaud.
« Avek so premye Bidze, gouvernma l’Alliance Lepep pe montre so vre vizaz atraver so politik ek proze dan domenn ledikasyon, lozman, kreasyon lanplwa, tax, etc. L’Alliance Lepep pe osi montre ki li pa dan kote sitwayen-travayer. Tax lor bann konpagni inn res 15 % e sekter privé inn aplodi Bidze 2015 », s’est indigné l’avocat Dev Ramano, un des animateurs du MPM. « En changeant les critères du CSR, ce gouvernement a laissé sa responsabilité de faire reculer la misère dans les poches de pauvreté entre les mains des entreprises du secteur privé. Se sa bann mem firm prive-la ki pe met sitwayen-travayer deor brit-brit tou lezour, ki pey bann saler byen ba e ki pa pe kapav kree lamplwa pou bann somer », s’est-il écrié.
Pour Dev Ramano, si le nouveau gouvernement a augmenté le montant de la pension de vieillesse et accordé une compensation salariale de Rs 600, il a introduit une taxe de Rs 3 sur chaque litre d’essence. « E li less roupi devalye vizavi dolar ek euro. Sa desizyon-la ogmant reveni bann firm ki export zot marsandiz », a-t-il expliqué. L’intervenant a argué que si le gouvernement a accepté de faire ces efforts, c’est parce qu’il est conscient qu’il y a un écart de plus en plus grand entre les riches et les autres. « Zot kone ki si pa ti fer sa, ti pou ena enn explosyon sosial ».
Dev Ramano s’est indigné que le gouvernement n’ait pas encore amendé l’Employment Rights Act ni l’Employment Relations Act, les deux lois du travail qui « victimisent les travailleurs et facilitent leur licenciement sans compensation ». Le gouvernement n’a pas non plus respecté sa promesse électorale d’introduire le salaire minimum, a-t-il soutenu. « Deza nou trouve ki gouvernman pa pe intervenir kot ena bann travayer pe perdi plas dan Quality Beverages, RDA, MPA, MTC ek dan bann distrik ek village councils », s’est-il écrié. Le type de travail proposé par le gouvernement a aussi été critiqué. « Pe tir kann pou konstrir bann IRS, vila ek shopping centres pou bann ris. Sa pou kree job pou de trwa lane, me ki pou arive apre ? »
L’intervenant a en outre argué que l’avenir des jeunes reste sombre. « Zenes touzour pe anvi kit Moris parski zot santi ki lavenir bloke isi. Pena enn vre politik kreasyon job ki dirab ek desan ki permet zenes viv a lez », a-t-il ajouté. « Sitwayen bizin organize e res vizilan ek mobilize. Pou bizin kontigne fer presyon pou ki kondisyon travay ek saler ameliore, me osi veye ki lalwa travay sanze ». Pour sa part, l’avocat José Moirt, de l’Entente pour la Démocratie Parlementaire (EDP), s’est félicité de la performance des partis politiques émergents aux dernières élections générales et a fait le procès des partis traditionnels, souhaitant un renouvellement de la classe politique. Auparavant, Jack Bizlall avait longuement plaidé pour une unité syndicale autour de valeurs socialistes telles que le partage et la solidarité.