Intervenant hier lors d’une conférence de presse, le leader du Muvman Travayis Militan (MTM), le Dr Vasant Bunwaree, a laissé comprendre qu’il était disposé à aider le gouvernement de L’Alliance Lepep à « redresser la barre » dans le sillage des crises en série. S’il a réclamé la démission de Vishnu Luchmeenaraidoo, le leader du MTM a toutefois précisé que son parti de demande pas la tenue d’élections générales anticipées.
« Ena enn kriz majeur dan pei ki le Premie minis li pa responsab. Dimounn pe vinn met baton dan so larou ek pei pe diriz ver enn pricipis. Li tou a fe valab ki enn vre patriot vinn dir PM : “Mo kapav pa dakor ar ou lor boukou pwin, me mo bizin rekonet ki ou tou sel ena kapacite pou tini la bar ziska nouvel eleksyon. Si le PM ekout bann dimounn bien pansan, bann dimounn de bonn volonte, ki anvi aid le pei, li kapav redress la bar ! ». C’est ce qu’a répondu le leader du Muvman Travayis Militan (MTM), le Dr Vasant Bunwaree, à une question du Mauricien, qui lui demandait s’il était disposé à donner un coup de main au gouvernement de sir Anerood Jugnauth. C’était hier à l’issue d’une conférence de presse qu’il animait au quartier général du MTM, rue Vishnu Kschetre (ex-rue St-Denis), Port-Louis.
Selon l’intervenant, à cause des diverses crises qui secouent le gouvernement de L’Alliance Lepep, le leadership de SAJ s’en trouve « fragilisé ». Il développe : « Un pays qui a un leadership fragilisé est incapable de faire du progrès, surtout alors que le monde entier passe par des moments extrêmement difficiles sur le plan du développement, de l’économie, du social, mais également à cause du terrorisme, de la violence et de la crise des valeurs. » Le Dr Bunwaree a affirmé que, dans ce contexte, le PM se doit de savoir qui il doit rechercher pour l’entourer. « Mo lans enn lapel a so bann advisors : “Fode pa ki zot less enn vid otour de li, ek de grass, pa vinn plis komplik so lavi kuma Dayal ek Luchmeenaraidoo inn fer” ! » a-t-il conseillé.
Le leader du MTM dit avoir constaté que « des personnes au gouvernement sont ministres alors qu’elles ne s’attendaient même pas à être un jour député ». Il reprend : « Zot finn fini gagn poalon ek dife pou fer omelet, me zot pa kone ki avan fer omelet zot bizin kas dizef san ki zot less li tom amba ! Se poukwa mo dir ki bizin autour du PM enn lekip dimounn valab ki entour sa bann dimounn ki mank lexperians-la. Se sa ki pe manke au PM. Li, li pa kapav fer sa, li ena trop travay, tro responsabilite… ».
Commentant l’actualité politique, le Dr Bunwaree a réclamé la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo comme ministre. « Prendre un emprunt d’une banque dont on a la responsabilité – sous des conditions que tout le monde trouve étranges – pour spéculer sur l’or, est inacceptable pour un ministre des Finances », a-t-il dit. Il estime que Vishnu Lutchmeenaraidoo a pris le risque de mettre en péril notre centre financier. « Enn kriz kapav comans dan Moris ek apre al anflam le monde entie ! », a-t-il prévenu.
Selon le Dr Bunwaree, donner la responsabilité du ministère des Affaires étrangères à Vishnu Lutchmeenaraidoo alors que pèsent sur lui ces allégations de conflits d’intérêts, c’est « prendre le risque de décrédibiliser la diplomatie » mauricienne. « Comment peut-on empêcher les chancelleries étrangères de se sentir mal à l’aise en l’accueillant, sachant qu’il fait l’objet d’enquêtes officielles dans le pays qu’il représente ? », s’est-il demandé.
Concernant l’affaire Dayal, l’intervenant a salué la promptitude de SAJ à réagir. « Avek saki nou pe tande-la, kuma ou pale dimounn dir ki nou koripsyon ankre dan nou pei ? » s’est-il interrogé. « Nou bizin atann lanket paski nou pena plis linformasyon ki seki nou finn tande. »
Le Dr Bunwaree a aussi lancé un appel au ministre de la Bonne gouvernance, Roshi Badhain. « Lalians Lepep ki zot pe netwaye ! Minis-la bizin koumans netway so prop parti », a-t-il martelé. Il a dans ce contexte demandé l’institution au PMO d’un comité, composé entre autres de légistes, pour enquêter sur l’accumulation des richesses des députés, ministres et autres parlementaires, nouveaux comme anciens. Il a également réclamé une loi pour protéger les lanceurs d’alerte (« Whistlebolwers »).
À une question du Mauricien qui lui demandait s’il réclamait la tenue d’élections anticipées, le Dr Bunwaree a répondu par la négative. « II suffit que le PM soit encadré par des personnes capables et de bonne volonté parce qu’il est le seul à pouvoir redresser la barre ! ».