NANDANEE SOORNACK: De l'ombre à la lumière…

La "official agent" travailliste s'est autopropulsée dans l'actualité après avoir provoqué un incident autour d'une photo prise dans l'enceinte de la Maurice Curé SSS

De l'ombre à la lumière. C'est le cas de le dire pour Nandanee Soornack. Voilà quelqu'un dont l'identité était évoquée surtout dans les officines, et le prénom balancé une ou deux fois dans des rassemblements publics, qui se retrouve projeté en pleine lumière à la suite d'un incident qui a non seulement choqué plus d'un, mais qui a provoqué un véritable tollé, jusqu'au transfert de certains policiers mêlés à l'enquête.
C'est le 10 décembre, jour du dépouillement des bulletins de vote au lendemain des municipales. On est au SSS Maurice Curé, collège qui porte le nom d'un des illustres fondateurs du Parti travailliste. Les résultats dans le quatrième arrondissement de Vacoas/Phœnix sont attendus avec impatience par les deux principaux blocs. Les agents sont sur le qui-vive, ils sont fébriles, impatients de connaître l'issue du scrutin de la veille.
L'ambiance est conforme à la bonne tradition électorale mauricienne. Malgré les petites piques de part et d'autres, l'atmosphère reste bon enfant. L'"official agent" de l'alliance MMM/MSM, Yogida Sawmynaden, féru de technologie, est là et, dès 10 h 45, il prend des photos ici et là pour immortaliser cette journée de décompte des voix.
Yogida Sawmynaden, du MSM, n'est pas un inconnu. C'est lui que Navin Ramgoolam avait nommé Chief Executive Officer de la Mauritius Duty-Free Paradise en 2010, sur recommandation de Pravind Jugnauth. Au départ de ce dernier du gouvernement en juillet 2011, il est un des premiers à emboîter le pas à son leader et à quitter son poste.
C'est durant sa tournée de chasse aux clichés que l'"official agent" du MSM tombe sur Nandanee Soornack et, sur son portable, il prend quelques photos de la dame en rouge. Ce qui n'était qu'un banal exercice devient vite un drame. La dame n'apprécie pas du tout cette démarche et le fait savoir non seulement au preneur d'images, mais ameute également la police présente sur les lieux autant que les responsables de la Commission électorale.
À Yogida Sawmynaden, elle lance, selon des témoins directs de la scène : "Ou fine tir mo photo san mo permission. Ou koné ki senla mwa ? Taler mo donne ou enn klak, donn moi ou bann telephones." Joignant le geste à la parole, elle prend en effet possession des deux téléphones pour vérifier que ses photos s'y trouvent, avant de se tourner vers la police et le Presiding Officer, les invitant à sévir contre l'agent de l'opposition.

"Mo pou fini zot enn par enn"

Obtempérant immédiatement, les agents de l'État vont intervenir et inviter Yogida Sawmynaden dans le bureau du Presiding Officer. Dans la déposition de précaution qu'il a consignée à la police mercredi dernier, en présence de son avocat, Me Robin Appaya, Yogida Sawmynaden déclare que, dans le bureau de l'officier de la Commission électorale, Nandanee Soornack lui aurait dit : "Mo envi koz avek sa missié-là, mo pa pou batt li."
Se sentant en position de force dans le bureau du Presiding Oficer, d'autant que le DCP Choolun Boyjoo était arrivé sur les lieux, elle aurait même ajouté, toujours selon la version des faits donnée par l'agent de l'opposition : "Ou ek bann dimoune pou ki ou travay-la, mo pou fini zot enn par enn." Yogida Sawmynaden dit, dans sa déposition, que "at that time, I feared for my security and that of my family".
Le fait cocasse dans toute cette histoire, c'est que pendant que la dame protestait contre le fait qu'un agent de l'opposition l'ait prise en photo, elle était littéralement mitraillée par les photographes de presse intrigués par cet incident, alors que les journalistes présents avaient du mal à comprendre pour quelles raisons quelqu'un qui se pavanait au beau milieu de la cour d'une école comme d'autres agents, qui savent que leur présence peut être, d'une manière ou d'une autre, immortalisée, a réagi aussi violemment pour un simple cliché.
Autre fait assez particulier de ce dossier, bien que Nandanee Soornack n'ait pas consigné de déposition formelle, l'incident a été traité comme une affaire d'État par la police, puisque les développements sont intervenus rapidement comme en témoigne le fait que la police de Vacoas ait été dessaisie de l'enquête au profit du Central CID, que les téléphones ont été scrupuleusement examinés par l'Information and Technology Unit de la police, qui, satisfaite du fait que les portables ne contenaient rien de compromettant, les a rendus à son propriétaire.
Mais ce développement n'était visiblement pas du goût de Nandanee Soornack et de ses proches. Un mandat devait être émis mercredi pour une nouvelle saisie de ses téléphones. La police a aussi procédé à une perquisition du domicile de Yogida Sawmynaden et a saisi son matériel informatique.
C'est, en fait, après la proclamation des résultats, vers 14 h 10, ce 10 décembre, que la Woman Police Sergeant Fowdar a fait un rapport "on behalf of Mrs Nandanee Soornack" où elle raconte l'incident. La policière, qui dit que la plaignante craignait un "misuse" des clichés, ajoute qu'elle a "secured two phones from Mr Yogida Sawmynaden and handed them to the police".
Plus scandaleux dans toute cette affaire, c'est que deux des policiers affectés à cette enquête, dont l'inspecteur Earally du poste de Vacoas et le PS Balgobin de l'IT Unit, ont été transférés. Malgré cela, la police a beau chercher quelque chose dans la loi qui lui aurait permis de procéder à l'interpellation de Yogida Sawmynaden, elle n'a rien trouvé qui puisse le justifier. D'où l'entrée en scène du CCID.
Cet incident a toutefois permis de situer le rôle prépondérant et la grande influence qu'exerce Nandanee Soornack alors qu'elle se présente comme une simple activiste politique et une travailleuse sociale "qui aime son parti et son leader".
 

 

Trois compagnies en commun avec Gooljaury

Nandanee Soornack, la quarantaine, s'est aussi plus discrètement faite remarquer dans le monde des affaires, où elle a fait une percée notable. On compte parmi ses associés des personnes non moins influentes comme Doomeswarsingh Gooljaury, qui n'est autre que celui qui avait rapporté le fameux vol de Rs 20 000 perpétré au campement de Navin Ramgoolam à Roches-Noires le 3 juillet 2011, affaire qui a fait couler beaucoup d'encre. Et qui avait fait se déplacer un Premier ministre de River Walk au lieu du vol à 1 h 30 du matin.
C'est en 2009 que Nandanee Soornack et Doomeswarsingh Gooljaury commencent leur business commun. Leur première compagnie, Airway Coffee Co Ltd, est incorporée le 24 mars 2009, et c'est l'avocat Kushal Lobine qui se charge des procédures légales en vue de l'enregistrement de la compagnie. Kushal Lobine, qui a, lui aussi, été très actif sur le terrain à Vacoas au cours de la dernière campagne municipale, n'est autre que le président de la Waste Water Management Authority.
Parmi les autres compagnies que partagent Nandanee Soornack et Doomeswarsingh Gooljaury, Revel in "Heaven" Ltd, et Top Gear Express Car Wash. Cette compagnie est, comme son nom l'indique, impliquée dans le lavage de voitures prévu au SSR International Airport, mais il semblerait qu'elle ait aussi une antenne dans l'enceinte du centre commercial de Bagatelle. Nandanee Soornack détient aussi deux autres compagnies qui s'appellent Dress Up Ltd et Adjex Group of Companies, une Investment Company. Son fils, Akshawv Aditish Oogarah, est lui aussi à la tête de plusieurs entreprises.
Mère et fils ont aussi des intérêts dans la Nuovo Luna Co Ltd, qui fonctionne dans le "tourism and artisanal shop". Dans une lettre en date du 26 janvier 2008, il est stipulé dans le dossier que "The Grand Mauritian is being built and will be managed by Starwood Hotels and Resorts Ltd and will be ready in April 2008. Confirms that two shops will be let to Oogarah/Nandanee for you to sell jewellery and garments". La séquence des événements indique que l'ex-Mme Oogarah, plus connue aujourd'hui comme Nandanee Soornack, semblait assurée d'obtenir deux emplacements dans cet établissement hôtelier avant même de créer sa compagnie.
C'est probablement forte de toutes ses connexions que Nandanee Soornack s'est, lundi, donnée en spectacle dans une cour d'école, un jour très exposé de proclamation des résultats, tout en voulant se protéger de la vue publique…

Commentaires

Be very careful with that Lady! She has much more power than Beebeejun!

Might be the next PM!
Who knows?
She looks red and make people 'trouve rouge'

Abus de pouvoir...Elle fait un scandale pour une photo prise a son insu, alors qu'au même moment elle est mitraillée par d'autre journalistes-photographes! ...Heureusement que le ridicule ne tue pas !!! hahahah

Ou koné ki senla mwa ?
Maxi Rouge dimoune couma moi ki faire gouvernma gagne un municipalite dan cinq
Mo leader pe arrange un marriage avec Bye Eric pou un deuxieme munipalite!
Moi mo un vrai business model pas couma mo frere Banga liiiia

Ou koné ki senla mwa ?