Les syndicalistes réclament, depuis des années, l’introduction d’un salaire minimal dans le pays afin de réduire l’écart entre les gros et les petits salaires et en même temps combattre la pauvreté parmi les travailleurs. Le gouvernement leur donne un National Wage Consultative Council Bill qui prend, entre autres, en considération l’introduction d’un salaire minimum national. « Que le gouvernement nous propose un chiffre en ce qui concerne le salaire minimum national et nous en discuterons à partir de là », réclament les syndicalistes qui regrettent tous l’absence d’un dialogue entre eux et le gouvernement à ce sujet.
Rashid Imrith, président de la Government General Services Union (GGSU), cite les procès-verbaux de trois réunions que les syndicats ont eues avec les représentants du ministère du Travail depuis août 2015. Selon lui, lors de la première réunion tenue le 28 août, le Director of Labour avait indiqué que le ministre du Travail aura des consultations avec les syndicats avant la mise en place du Council. « Il nous avait dit la même chose lors de la deuxième réunion en date du 14 octobre 2015 », indique-t-il. Ce que confirme le ministre en personne aux syndicalistes lors de la troisième réunion en date du 26 novembre 2015. Or, ces derniers ont été surpris lorsque ce projet de loi a été introduit au Parlement mardi dernier « sans être discuté au préalable avec eux ». La plupart ont, selon M. Imrith, reçu une copie la veille de sa présentation au Parlement. « Le gouvernement n’a pas respecté son engagement », estime-t-il.