Alors que l’implémentation de la Negative Income Tax avait été annoncée pour janvier 2018, le gouvernement a anticipé la mesure budgétaire en l’annonçant cette fois pour le mois prochain. Dans les milieux des syndicalistes, une telle décision n’est pas sans susciter des interrogations. « Est-ce un bribe électoral? », se demande Narendranath Gopee, président de la FCSOU. Pour sa part, Reeaz Chuttoo, porte-parole de la CTSP, estime que « c’est un élément symbolique qui devrait être une mesure temporaire, car, sinon, ce serait cautionner le fait que les patrons continuent à payer les employés moins de Rs 10 000 ». N’empêche, dit-il, « cela donnera une certaine directive quant à un salaire minimum »