En début de saison, c’est le cheval le plus fit qui l’emporte le plus souvent. Cette épreuve principale sur 1400m pourrait ainsi servir les desseins d’Everest, le cheval de Gilbert Rousset qui a été tout simplement époustouflant à l’heure des galops. Il devra cependant se méfier de Reim, de l’entraînement Gujadhur, qui paraît s’être bien adapté au Champ de Mars.
Si on regarde bien les données, on pourrait trouver que le parcours du jour (1400m) pourrait être un peu court pour Everest. Ce qui n’est pas faut, mais le gris donne l’impression d’être un tout autre cheval si on se base sur ses performances à l’entraînement. On est d’avis que le rythme de la course devrait lui convenir à merveille et qu’il sera idéalement placé dans le parcours.
Le peloton devrait être emmené par le n°2 de l’établissement, Albert Mooney, qui a été confié à Mark Neisius. Gilbert Rousset veut sans doute frapper d’entrée et avoir tout en sa faveur. Albert Mooney est redoutable quand il est seul à l’avant. Le parcours est nettement en sa faveur et il a hérité d’une bonne ligne par rapport à certains de ses adversaires. Le seul hic est qu’il rendra du poids à tous les engagés cette fois. Et si jamais il est titillé dans la partie initiale, il risque de le payer en fin de parcours.
Celui qui pourrait le taquiner n’est nul autre que Reim, qui avait pu ouvrir son compteur à sa dernière tentative de 2015. Ce cheval, habitué à courir à main gauche, a pris du temps pour s’adapter au Champ de Mars. Il s’est montré plus facile à l’entraînement ces derniers jours et son barrier trial l’a confirmé. Il est réputé pour être un strong frontrunner. Si jamais il peut prendre Albert Mooney de vitesse, il sera difficile à reprendre.
Les autres engagés devraient se contenter de lutter pour les accessits. On placera Casey’s War en premier vu qu’il est depuis longtemps à l’entraînement et il semble prêt pour sa première compétition. Son handicap est qu’il est engagé sur 1400m pour une reprise.
Abington a déjà gagné dans ce genre de valeur et a démontré qu’il peut bien faire sur sa fraîcheur. Cette première course pourrait toutefois venir un peu trop tôt pour lui. Liquid Motion, le cheval champion de 2014, n’est plus celui qu’on a connu lors de sa première saison. Il ne se retrouve toutefois plus à la même échelle que ses adversaires au niveau du poids. Ce qui est certainement un avantage. Sa condition est bonne et c’est à lui de démontrer qu’il peut tirer avantage du fait d’être le poids léger de la course.
Pour notre part, nous faisons confiance à Everest tandis que Reim demeure son challenger principal.