Treizième victoire au Champ de Mars, ce n’est pas donné à tout cheval de réaliser une telle performance. C’est pourtant le parcours réalisé par Casey’s War, qui prit le meilleur sur le favori Everest dans les derniers mètres sous la monte de Rye Joorawon. L’établissement Maingard a remporté les épreuves principales de la journée inaugurale pour pointer en tête au classement des entraîneurs.
La course se déroula de la façon prévue. Albert Mooney prit les devants, même si Everest se montra le plus véloce au départ. Casey’s War eut vite fait de se mettre dans la foulée du gris, alors que Reim se retrouva le nez au vent. Suivaient Abington et Liquid Motion qui avait raté sa mise en action. Si on regarde de plus près les temps fractionnés de l’épreuve, on trouve que la course était surtout destinée à un sprinter. Et là, les choses se corsaient quelque peu dans le sens où il était difficile de trouver celui qui était le mieux placé.
Albert Mooney était certes en tête, mais il rendait du poids à tous ses adversaires. Reim était à l’extérieur et tirait. Everest peut avoir une préférence pour un 1500m et le tempo n’était pas assez élevé. Casey’s War était bien placé, mais il n’avait pas particulièrement brillé sur le parcours du jour depuis un bon bout de temps. Abington avait gagné sur le sprint, mais la valeur paraissait au-dessus de ses possibilités. Liquid Motion avait perdu quelques longueurs au départ et sa tâche s’annonçait encore plus difficile.
Reim se rapprocha dans la descente du fait qu’il se montrait un peu ardent. Les autres positions étaient restées inchangées. À 300m de l’arrivée, on se disait qu’Everest éprouverait plus de difficultés pour s’imposer quand il sembla faire un faux pas. Il fut dirigé vers l’intérieur car Reim lui avait fermé le passage. Albert Mooney restait en position, mais on ne le voyait pas trouver un nouveau souffle. Reim n’était pas encore battu. Everest mit le nez à la fenêtre à environ 30m de l’arrivée. On prit aussi conscience de la progression de Casey’s War, sur lequel Rye Joorawon se démenait comme un beau diable. Ce fut lui qui fit la différence, tandis que Reim revint bien pour échouer à une demi-tête d’Everest. Albert Mooney était à une tête de Reim.
Si c’est Casey’s War qui l’a emporté, on s’intéressera plus sur les performances futures d’Everest et de Reim. Le gris n’a pas vraiment déçu dans le sens où il aurait apprécié un rythme plus soutenu. Sur 1500 ou 1600m, il devrait être plus à son affaire. Reim a confirmé si besoin était qu’il s’est bien adapté au Champ de Mars. À la faveur d’un meilleur parcours ou s’il parvient à diriger le peloton, ses adversaires auront du mal à lui tenir la gageure. En ce qui concerne Albert Mooney, on est d’avis qu’il sera avantagé par une course à poids d’âge. Les partisans de Liquid Motion peuvent aussi penser à une meilleure campagne 2016 pour leur favori. À notre avis, il lui faudra chercher des courses où il recevra du poids de ses adversaires pour se faire remarquer.