Fidèle à l’approche qu’elle a adoptée depuis son arrivée à la tête du pays en juin dernier, c’est à la jeunesse que la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a consacré une large partie de son premier message à la nation à l’occasion de la fête de Noël. Elle a également insisté sur l’importance de l’harmonie sociale, de la paix et la stabilité pour le développement économique du pays.
La présidente de la République, qui n’a pas caché son émotion, a tenu d’entrée à remercier le gouvernement et la population pour la confiance placée en elle et a estimé que sa nomination a été un grand honneur pour toutes les femmes de la République de Maurice.
S’adressant à la jeunesse à qui appartient l’avenir du pays, la présidente l’a invitée à continuer à rêver et avoir de l’ambition pour le pays. « La zeness, pou moi, li reprezant avan tou le sanzman pour enn meilleur avenir ek pou enn meilleur societe », dit-elle. Pour elle, le changement doit être axé sur une culture de travail, la discipline, le respect, le sacrifice et l’esprit d’entrepreneuriat. « Zot bizin ena confiance dans zot même, dans zot capacité et dans zot pays. Zot pou d’accord avec moi qui bann droits bizin marse ansam avec responsabilités ek discipline », a-t-elle lancé avant d’insister sur le fait que la qualité de l’éducation inculquée aux jeunes est extrêmement importante. « Ce n’est qu’à travers enn bonne éducation qui zot pou ena enn plus grande ouverture d’esprit pou zot kapav al plus loin dans zot aspiration », a-t-elle poursuivi. Elle a souligné le rôle que joue la communication dans le monde d’aujourd’hui. « Le monde actuel est ultra-connecté. L’information et l’accès à l’information transforment notre société, la manière dont nous apprenons, dont nous communiquons et la façon de faire des affaires. Cependant, nous avons constaté qu’il y a eu une mauvaise utilisation des réseaux sociaux. J’appelle les jeunes à faire très attention afin de ne pas mettre le tissu social en danger ».
La présidente a aussi insisté sur le rôle vital des jeunes pour aider à préserver l’harmonie sociale dans le pays et faire en sorte qu’il continue à rester un modèle de paix et de stabilité à travers le monde et surtout à rester une destination sûre.
Abordant le chapitre du changement climatique, Ameenah Gurib-Fakim a observé que c’est un problème qui s’aggrave. « Le niveau la mer pe continué monté, cyclone pou vine de plus en plus violent. Ena bokou pays qui pe fer fas a la sécheresse, inondations ek famine — bann facteurs qui pe augmente la pauvreté. Bann lil kouma Maurice, bien exposé à ça bann dangers là ».
Elle a rappelé avoir eu l’honneur de représenter le pays à la conférence sur le climat qui s’est tenue à Paris au début du mois. Elle a souligné que tous les pays représentés à la conférence ont reconnu la nécessité de choisir un modèle de développement qui soit moins polluant, qui évite le gaspillage et utilise un minimum d’énergie basé sur un nouveau mode de vie. Elle a rappelé que la conférence a adopté des résolutions qui permettront de mitiger l’impact du réchauffement climatique sur l’environnement « parce que nous avons une grande responsabilité envers nos enfants et les générations futures ». Elle s’est réjoui que des moyens financiers aient été mis à la disposition des pays et des entreprises pour aller vers le développement durable qui deviendra un secteur économique très important dans l’avenir. D’où, a-t-elle insisté, l’importance de la culture scientifique, technologique et de l’innovation, qui joueront un rôle important. « Parski la science, la technologie ek l’innovation pou permette nous survie et garantie enn l’avenir pou nous bann zanfan. Et c’est pour ça qui nous pou bizin mette l’accent encore plus lors bann matières scientifiques. Bizin expoz nou bann zanfan a enn culture scientifique de zot jeune âge. Parce qui la science ek la technologie, c’est le moteur même du développement économique ek social ».
La présidente a également insisté sur l’importance d’une culture d’entrepreneuriat afin de relever des défis du changement climatique. Elle a souligné l’importance d’investir dans le capital humain ainsi que dans la science et la technologie.
« Nous bizin aussi ena la volonté ek l’ambition pou créé enn nation d’entrepreneurs. Parski l’entrepreneuriat li permette enn pays vine plus dynamique kot la méritocratie primé, ena transparence, ena enn meilleur partage du gâteau national. Pour qui ça arrivé, nou bizin renforce le partenariat entre les institutions publiques et privées ».
Elle a souligné l’exemple donné par Maurice au monde en matière d’harmonie sociale, de paix et de stabilité, qui sont importantes pour le développement économique.
« Il est de notre devoir de continuer à préserver et à consolider notre tissu social dans l’intérêt de chaque citoyen et de l’avenir des générations futures ».
La présidente a finalement souhaité à la population de Maurice, de Rodrigues, d’Agalega et de St Brandon, un joyeux Noël et une bonne et heureuse année 2016.