Le secrétaire général du PMSD, Mahmad khodabaccus, a vivement critiqué le commissaire de Rodrigue, Serge Clair, ce samedi en conférence de presse. Selon lui, après le passage de Serge Clair, Rodrigue est devenu plus pauvre qu’auparavant. « Étant donné que le nom de Serge Clair a été mentionné dans le rapport Lam Shang Leen, le Premier ministre Pravind Jugnauth doit prendre sa responsabilité et demandé au commissaire de Rodrigues de step down », affirme-t-il.

Le secrétaire général du PMSD a ainsi annoncé qu’une délégation se rendra prochainement à Rodrigues pour « s’occuper de Serge Clair sur son propre terrain ». Mahmad khodabaccus affirme ainsi que son parti a été « inondé » par des appels téléphoniques des rodriguais, leur demandant quand le PMSD foulera une nouvelle fois le sol Rodriguais comme au temps de Gaëtan Duval.

Mahmad Khodabaccus est également revenu sur les propos du leader du MMM, Paul Bérenger, sur son désaccord de faire un recensement et la récente publication du rapport des Nations-Unies sur la discrimination raciale. Pour Mahmad Khodabaccus, il est plus que temps d’avoir un recensement pour connaître la situation exacte du pays. « Si nous n’avons pas de statistique, nous ne saurons pas où se trouvent les problèmes du pays. Avec le recensement, nous pourrons identifier les problèmes et apporter les ‘corrective measures’ afin que tout le monde puisse avoir ce qu’ils méritent ».

En ce qui concerne le Leader des mauves, Mahmad Khodabaccus estime que celui-ci prétend être un expert dans le communalisme scientifique. « Il est l’heure que Paul Bérenger devrait arrêter d’embêter lui-même et la population. » Revenant sur le fait que Paul Berenger a soutenu que la commission Caunhye devrait appeler Xavier Luc Duval, Mahmad Khodabaccus invite de ce fait le leader des mauves à se rendre lui-même à la commission d’enquête Caunhye pour dire ce qu’il a à dire.

Sur la réforme électorale, Mahmad Khodabaccus soutient que chaque circonscription doit changer afin que chaque votant sent que son vote a un poids. « Tant que nous ne faisons pas une vraie réforme électorale où chaque mauricien aura son mot à dire, on ne pourra pas toucher au best loser system ».

Pour le secrétaire général du PMSD, les élections générales auront lieu en décembre de cette année-ci avant le Private Council du 15 janvier. « Le Premier ministre ne pourra pas tenir la pression et se serait dans son avantage de faire les élections avant ».