Bureau des Affaires extérieures de la Foi bahaïe

En ce 21 mars, les Bahá’ís à Maurice et du monde entier célèbrent le Nawruz, le nouvel an Baha’i. C’est la Journée internationale du bonheur, l’équinoxe du printemps, le commencement du réveil de la Nature, de l’éclosion des bourgeons et des fleurs!  Il s’agit également de la nouvelle année pour les Persans qui ont célébré cette fête pendant des milliers d’années. Et c’est le dernier jour du jeûne baha’i, marquant le Nouvel An, au coucher du soleil, le 20 mars. Naw Ruz, prononcé No(w) Rouz, signifie en Persan « nouveau Jour ».

Dans les Écrits baha’is, ce début de printemps présage une promesse spirituelle: « La bonté spirituelle et le printemps de Dieu accélèrent le monde de l’humanité avec une nouvelle animosité et vivification. Toutes les vertus qui ont été déposées et potentielles dans les cœurs humains sont révélées à partir de cette réalité comme des fleurs et des fleurs des jardins divins. C’est un jour de joie, un temps de bonheur, une période de croissance spirituelle. »

Après avoir observé le jeûne (Carême) durant 19 jours, du 2 au 20 mars, Nawruz est célébré ce 21 mars avec faste et bonheur car c’est le début du printemps dans l’hémisphère Nord.

Quant au jeûne de 19 jours, avant de célébrer le Nouvel An, c’est un fleuve de vie. Les enseignements bahaïs ont une recommandation claire pour tout le monde: l’éveil progressif et la nourriture de l’âme à travers une pratique régulière du jeûne, de la méditation et de la prière.

Ce genre de pratique spirituelle quotidienne et systématique a le même effet sur l’âme qu’un exercice quotidien régulier a sur le corps.

Nous savons tous que pratiquer un sport ou s’entraîner au gymnase, faire une marche rapide ou encore soulever des poids ne sont pas très utiles si on ne le fait qu’une fois de temps à autre – mais dans le cadre d’un programme de conditionnement physique régulier, ces choses peuvent opérer une différence significative sur notre santé et notre sens du bien-être. De la même manière, un engagement régulier au jeûne annuel accompagné de méditation et de prières quotidiennes a le meilleur avantage possible pour notre âme.

«  Par la faculté de méditation et de prières, l’homme se prépare pour la vie éternelle de son âme; à travers elle, il reçoit le souffle du Saint-Esprit – l’effusion de l’Esprit est donnée dans la réflexion et la méditation. »

La méditation et le jeûne ensemble peuvent aider chacun de nous à atteindre cet état transcendant où nous pouvons attirer les bienfaits de l’amour de Dieu.

Les amis baha’is à Maurice vont célébrer ensemble dans la joie ce Nouvel An au bord de la mer pour toute une journée.

Bonne Fête à Tous!