À NOUVELLE DÉCOUVERTE, HIER  : “Aucune faveur à personne !”  selon Pravind Jugnauth

Le PM indique, toutefois, qu’il ne peut pas demander à Me Gulbul “de step down maintenant”

“Mo combat contre la drogue, li san pitié, personn pa pou ena okenn faver!” C’est ce qu’a laissé entendre, une fois de plus, le Premier ministre, répondant aux questions de la presse à l’issue d’une cérémonie marquant la fête Eid à Nouvelle Découverte, hier, à l’initiative du Conseil de district de Moka et de la Moka Muslim Association. S’il soutient également que “ki li étranzer, ki li dimoun ki kapav mo conner, ou bien ki li dimoun ki mem kapav fami ek moi, tout sa la pa compter. Seki compter se ki si zamé nou ena preuve, ki ena dimoun ki impliquer dans trafic la drogue, moi en tant ki PM, mo pe agir.” Pravind Jugnauth – esquivant la question concernant les propos du Deputy Speaker Sanjiv Teeluckdharry qui a qualifié la Commission d’enquête sur la drogue de “mudslinging commission” – fait comprendre qu’il n’a pas à demander à Me Raouf Gulbul de step down du board de la Gambling Regulatory Authority (GRA) parce que “pour l’heure, il s’agit d’allégations.”
De retour au pays depuis jeudi, après sa rencontre avec les chefs d’États africains, Pravind Jugnauth a finalement répondu aux questions des journalistes hier, lors d’une sortie dans le cadre des célébrations de la fête Eid dans sa circonscription, à Nouvelle Découverte. Le PM a, d’emblée, indiqué qu’il suit de près ce qui se passe au niveau de la Commission d’enquéte sur la drogue “surtout kan nou pe coz profession légale” et que c’est à travers la presse qu’il apprend ce qui se passe. Il se dit d’avis que d’autres personnes seront appelées à témoigner, mais à ce stade, dit-il, il ne fera aucun commentaire du fait qu’il n’y a pas encore de jugement. C’est dans cette logique qu’il fait comprendre qu’il ne voit pas de raison à demander à Me Raouf Gulbul, qu’il a nommé à la tête de la GRA, de démissionner de cette instance.  
“C’est après avoir pris connaissance des conclusions et recommandations dans le rapport de la Commission d’enquête que je pourrai faire un commentaire”, dit-il, faisant ressortir que “nou pas kapav pas ena jugement là lor enn propos ki tenir par enn dimoun.” Pour Pravind Jugnauth, “foder guet eski se la vérité ki pe cozer. Moi mo pa kapav prononce moi lor là aster.”
Campagne du MSM financée par des barons de la drogue : “Mo pa au courant”
Interrogé sur le financement de la campagne du MSM lors des dernièress élections, mentionné lors des auditions devant la Commission d’enquête, le PM demande : “Kan pe coz financement MSM, mo parti, c’est moi! Eski ena kit element ki dire ki kikenn inn donne moi larzan?” Au-devant des propos rapportés s’agissant du financement de la campagne de Me Raouf Gulbul alors qu’il était candidat du MSM au No 3 en 2014, le chef du gouvernement soutient que “mo pa au courant de ce ki inn kapav arriver et seki pe dir.” Il indique qu’une enquête sera initiée “et nou va guetter.”
Pour le PM, à travers les nombreuses saisies qu’il y a eu récemment, le peuple est en train de témoigner de son combat contre la drogue. Aujourd’hui, dit-il, il a appris et compris comment la drogue passe à travers les filets et fait des ravages dans notre société. Et avec les éléments en sa possession, le gouvernement est en train d’agir, dit-il, et cela, sans attendre la Commission d’enquête sur la drogue.
S’il estime que le peuple peut témoigner du travail qui est en train d’être abattu, le PM ne répond pas des qualificatifs peu élogieux qu’a conférés le Deputy Speaker à l’encontre de la Commission d’enquête sur la drogue que Sanjiv Teeluckdharry a appelé “mudslinging commission.” Esquivant la question à l’effet que les propos de ce membre du MSM viennent désavouer une commission instituée par l’ancien PM et approuvée par la Présidente de la République, il répond : “Laisse nou guetter. Ou conner inn ena bann allégations kinn fer à l’encontre de certains dimoun, be li, li pe réponne…” Et d’insister que lui, “c’est en fonction des recommandations de la Commission” qu’il répondra et agira “si besoin est.”
Concernant la dégradation du Law & Order dans le pays, avec en prime ce crime atroce d’une Écossaise, jeudi dernier à Albion, le PM se dit “très concerné” par ce qui se passe. Il indique avoir donné des directives bien strictes à la police en vue de retrouver les coupables. Non seulement pour le meurtre de Janice Farman pour lequel il est peiné, mais pour tous les autres crimes également. “Nous bizin parer  à ceki pou sa ban crimes-là, nou reussi gagne ban criminel. Et nou bizin fer de sorte oussi ki nou ena enn système ki nou kapav prévenir contre les crimes.”  

Crime à Albion : “Il faut avoir un système pour prévenir les crimes”
Pravind Jugnauth fait ressortir qu’il porte une attention spéciale à tout acte de banditisme et de criminalité. Il rappelle que le gouvernement a initié une série d’actions, dont le projet Safe City, la rehaussement des services notamment au niveau de la force policière, de la douane, des garde-côtes, etc, aujourd’hui mieux armés, pour réduire le taux de criminalité en général. Cependant, dit-il, “la criminalité n’est pas seulement l’affaire du gouvernement et des institutions. C’est aussi l’affaire de la population. D’où ma demande pour la collaboration de chaque citoyen pour aider à combattre le crime.”
S’agissant de la peine de mort, Pravind Jugnauth réitère son opinion personnelle et fait ressortir que s’il a une conviction personnelle, “la peine de mort n’est pas la solution.” D’ailleurs, dit-il, au sein de son gouvernement, certains sont pour, d’autres contre. “Mo respecter lopinion de tout un chacun. Mais valeur du jour, li pa à l’agenda ki nou aborde sa. Nou gueter pli divan.” Selon lui, il ne faudrait pas focaliser sur la peine de mort mais penser au-delà, notamment au renforcement des lois. “Pa bliyer, nou gagne la drogue synthétique ki rentre dan Maurice et ki nou  bizin fer de sorte ki nou ena suffisamment de réglementation pou nou kapav  combattre sa oussi”, cite-t-il à titre d’exemple.

 
Partielle au No 18 : une date en temps et lieu
Le PM n’est pas pressé dévoiler la date où pourrait avoir lieu l’élection partielle dans la circonscription Belle-Rose/Quatre-Bornes. “Je le dirai en temps et lieu”, dit-il, esquivant par la même occasion la question relative à une participation du gouvernement dans ces élections. Pravind Jugnauth laisse comprendre qu’il ne répondra pas, non plus, aux rumeurs soutenant qu’il existerait un rapprochement entre Rama Sithanen et le MSM.

Saisie des camions de voirie à Rivière du Rempart : “Un véritable scandale”
Pravind Jugnauth dit avoir pris connaissances des saisies de véhicules de voirie au District Council de Rivière du Rempart sur ordre de la Cour. S’il ne veut pas commenter un jugement, il estime que “l’histoire de ce ‘case’ est un véritable scandale.” Il espère que la population reçoit les informations nécessaires pour comprendre ce qui s’est passé dans le passé pour en arriver là aujourd’hui et indique que le gouvernement est en train de voir comment assainir la situation.

L’affaire des communiqués sur le Qatar : “Le GM a une seule position”
Interrogé à propos des communiqués émis concernant les relations de Maurice avec le Qatar, le PM répond que “le gouvernement a une seule position par rapport au Qatar avec qui nous avons de bonnes relations. Nous n’avons pas rompu nos relations diplomatiques”, dit-il, ajoutant toutefois que Maurice doit se sentir concerné par ce qui se passe dans cette région. “Parski tou seki arrivé kapav ena enn répercussion lor nou ti lil Maurice”, indiquant que ce sujet n’a, toutefois, pas été abordé lors du Sommet de l’Union africaine.

“La drogue inn infiltré bann gros institutions dan Maurice”
Auparavant dans son discours au-devant de l’assistance venue célébrer la fête Eid à Nouvelle Découverte, Pravind Jugnauth a fait comprendre qu’il n’y aurait pas d’élections générales avant la fin du mandat de l’Alliance Lepep. Il a également soutenu qu’en ce qui concerne le dossier drogue, certains sont en train de “fer démagozi” et que “ena pe écrire bêtises gramatin tantôt.” Il a la conscience claire, dit-il, car son combat contre le mafia de la drogue est sincère. Dans le sillage, il avance qu’il a sollicité l’aide des chefs d’États d’Afrique pour aider Maurice sur ce dossier. Cela, du fait qu’aujourd’hui l’on sait d’où arrive la drogue. Le PM confie savoir “ki sanne-la pe fer ladrogue rentrer dan Maurice.” Et il avance que “la drogue inn inflitrer dan ban gros institutions.” À ce propos, Pravind Jugnauth dit que ce sera un véritable choc pour la nation lorsqu’elle apprendra le nom de ces institutions et les personnes derrière ce trafic.
Le PM a également abordé la nécessité du projet Métro Express, tout en critiquant ses détracteurs. Outre une sortie contre “l’immoralité” de Navin Ramgoolam, il s’en est pris à Paul Bérenger pour “sa trahison envers le peuple.”