Déposant vendredi dernier devant le National Remuneration Board dans le cadre de la révision de 14 Remuneration Orders (RO), la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) a plaidé pour un salaire minimum de Rs 8 344 pour les employés des 14 secteurs concernés. Sur les 30 RO existants, certains n’ont pas jusqu’ici été révisés depuis une bonne vingtaine d’années.
« En avril 2014, le National Remuneration Board (NRB) avait recommandé, dans l’Office Attendants (Remuneration Regulations), un salaire initial minimum de Rs 8 344 jusqu’à atteindre un maximum de 10 245. Quand on considère que, dans le secteur privé, un pion (Office Attendant) est considéré comme le poste le plus bas de la hiérarchie, nous avons estimé que le salaire initial minimum recommandé pour cette catégorie de travailleurs doit être le minimum recommandable pour les 14 autres catégories de travailleurs (voir encadré) pour lesquels nous réclamons une révision du salaire de base », a expliqué au Mauricien le secrétaire de la CTSP, Reeaz Chuttoo.
Le syndicaliste explique que le NRB est une instance « quasi judiciaire » ayant pour principale fonction de réviser les salaires et autres conditions d’emploi des travailleurs du secteur privé à Maurice. « On nous a fait comprendre que le NRB a eu comme mandat cette fois de ne réviser que les salaires, et non les conditions d’emploi », a-t-il ajouté.
Reeaz Chuttoo rappelle qu’un sondage de la CTSP en septembre 2013 a révélé qu’il y a, à Maurice, environ 100 000 travailleurs dont le salaire ne dépassait pas Rs 5 000. « Nous avons alors, lors des négociations triparties de 2013, tiré la sonnette d’alarme, expliquant que si le gouvernement ne fait rien, les secteurs concernés seront à court de main-d’oeuvre car les travailleurs iront chercher ailleurs du fait de leurs salaires, qui sont très bas », dit-il. Et notre interlocuteur de poursuivre : « Xavier-Luc Duval et Shakeel Mohamed (respectivement ministres des Finances et du Travail d’alors) avaient promis de faire le NRB réviser les 14 Remuneration Orders (RO) concernés dans les meilleurs délais. (…) M. Duval avait même promis de doter le NRB de personnel additionnel et M. Mohamed avait, lui, promis que les recommandations allaient être rendues publiques en décembre 2014 au plus tard. Et comme on le sait, il n’y a eu rien jusqu’ici. Et ce n’est que tout récemment que le nouveau ministre du Travail a relancé le NRB. D’où notre déposition de vendredi dernier. »
Dans ce contexte, le syndicaliste n’a pu cacher sa surprise quand il a découvert que la CTSP est « la seule centrale syndicale » ayant déposé devant le NRB. « Je peux comprendre que la majorité des travailleurs des 14 secteurs concernés ne sont pas syndiqués. La raison principale de la non-représentativité syndicale, c’est la peur que les travailleurs ont pour se joindre à un syndicat. Mais ce n’est pas une raison pour que les syndicats ne fassent pas leur devoir sacré, qui est de défendre les intérêts des travailleurs. Les travailleurs, syndiqués ou pas, restent des travailleurs à défendre », insiste-t-il pour expliquer la raison de sa déposition auprès du NRB, et ce même si la grosse majorité des travailleurs concernés ne sont pas syndiqués auprès de la CTSP.