Avec la publication ce 31 décembre des 14 Remuneration Orders par le National Remuneration Board (NRB), le salaire de base d’environ 100 000 travailleurs passera à au moins Rs 6 500 par mois. Jusqu’ici, le salaire de base de ces travailleurs ne dépassait pas Rs 5 000 par mois, car plusieurs de ces RO n’avaient pas été révisés depuis 30 ans.
« C’est une très bonne nouvelle, car suite à notre constante pression, nous avons réussi à amener le gouvernement, à travers le ministre du Travail, à demander au National Remuneration Board (NRB) de réviser ces 14 Remuneration Orders (RO), dont plusieurs n’avaient pas été revus depuis au moins 30 ans », s’est félicitée la présidente de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) Jane Ragoo.
La syndicaliste a déclaré au Mauricien avoir reçu un appel téléphonique d’une personne concernée, lui annonçant la publication des 14 RO le 31 décembre. Le 18 décembre dernier, les responsables de la CTSP avaient fait la demande, devant le NRB, de réviser les 14 RO. Les 100 000 travailleurs concernés viennent des secteurs de la boulangerie, du cinéma, de l’emploi à domicile, de l’exportation, des usines, des champs et vergers, des ateliers (métaux et meubles), du bétail, des aides-soignants, des écoles préprimaires, des collèges privés, des salines, des travailleurs non agricoles de l’industrie sucrière et de la plantation de thé.
La présidente de la CTSP explique qu’alors que le salaire et les autres conditions d’emploi des 83 000 fonctionnaires du service civil sont révisés par le Pay Research Bureau (PRB) tous les 5 ans, et bientôt tous les 3 ans, ceux des 550 000 travailleurs du secteur privé ne le sont « que selon le bon vouloir du ministre du Travail ». Elle ajoute que le salaire et autres conditions d’emploi des travailleurs du secteur privé sont régis par les RO du NRB. Cette instance quasi judiciaire a pour principale fonction de réviser les salaires et autres conditions d’emploi des travailleurs du secteur privé à Maurice.
Jane Ragoo rappelle qu’un sondage de la CTSP en septembre 2013 avait révélé qu’il y a, à Maurice, environ 100 000 travailleurs dont le salaire ne dépassait pas Rs 5 000. « Nous avons alors, lors des négociations tripartites de 2013, tiré la sonnette d’alarme, expliquant que si le gouvernement ne fait rien, les secteurs concernés seront à court de main-d’oeuvre. Les travailleurs iront chercher ailleurs du fait de leurs salaires, qui sont très bas », dit-elle. Et de poursuivre : « Xavier-Luc Duval et Shakeel Mohamed (respectivement ministres des Finances et du Travail d’alors) avaient promis de faire le NRB réviser les 14 RO concernés dans les meilleurs délais. (…) Xavier-Luc Duval avait même promis de doter le NRB de personnel additionnel et Shakeel Mohamed avait, lui, promis que les recommandations allaient être rendues publiques en décembre 2014 au plus tard. Comme on le sait, il n’y a rien eu jusqu’ici. Et ce n’est que tout récemment, dans le cadre des négociations tripartites pour la compensation salariale, que le nouveau ministre du Travail, Soodesh Callichurn, a relancé le NRB. D’où notre déposition du 18 décembre dernier. »
La syndicaliste regrette toutefois que le NRB n’ait pas eu de mandat pour harmoniser les conditions d’emploi des 100 000 travailleurs concernés. « Cela aurait mis tous les travailleurs sur le même pied d’égalité en ce qu’il s’agit, entre autres, de leur de “Maternity Leave”, des “Vacation Leaves” ou des “Wedding Leaves”… et aurait mis fin à cette discrimination ! », explique-t-elle.