Objectif: obtenir l'extension du "3rd Country Fabric"

TEXTILE Marché américain

L'obtention d'une extension de la dérogation sous le " 3rd Country Fabric " concernant nos exportations de produits textiles et d'habillement vers les États-Unis fera l'objet d'une campagne que se propose de déclencher la Mauritius-United States Business Association (MUSBA) avec le concours du lobbyiste de Maurice à Washington, Paul Ryberg, et les industriels locaux par le truchement de la Mauritius Export Association (MEXA). Une session de sensibilisation à cet effet est prévue ce mercredi à Plantation House.

La dérogation du " 3rd Country Fabric " dans le cadre de l'African Growth and Opportunity Act (AGOA) permet aux pays éligibles des privilèges de ce texte de loi d'importer leurs matières premières textiles d'un pays tiers et de bénéficier d'un accès hors-taxe et sans quota sur leurs produits finis exportés vers les États Unis. La dérogation du " 3rd Country Fabric " arrivera à échéance au troisième trimestre 2012, alors que l'AGOA elle-même arrivera à expiration en septembre 2015. " Comme 2012 sera une année électorale aux États-Unis, il nous faut travailler pour amener le Congrès américain à approuver un renouvellement du "3rd Country Fabric" bien avant la tenue des prochaines élections présidentielles. Nous militerons pour que la dérogation soit étendue au moins jusqu'à l'expiration de l'AGOA, tout en gardant en point de mire la possibilité d'un renouvellement de l'AGOA pour une nouvelle période à déterminer ", a déclaré Maurice Vigier de La Tour, directeur de la MUSBA, au Mauricien, ce matin.

Le président de la MUSBA et lobbyiste du secteur textile mauricien aux États-Unis, Paul Ryberg, était attendu au pays cet après-midi, pour une mission d'une semaine au cours de laquelle il devrait rencontrer les autorités mauriciennes et les industriels concernés par les exportations vers le marché américain. Une session de travail sera d'ailleurs organisée mercredi à Plantation House pour, entre autres, expliquer les enjeux des exportations vers l'un des marchés les plus attrayants, mais aussi les plus complexes et exigeants pour l'industrie mauricienne du textile et de l'habillement. La MEXA, qui soutient fortement la MUSBA dans ses actions, va également sensibiliser ses membres aux objectifs des actions qui devront être menées à l'avenir pour que nos exportations puissent continuer à jouir des privilèges attachés au " 3rd Country Fabric " et à l'AGOA en général. Danielle Wong, directrice, appelle les industriels à participer à la session de travail de ce mercredi.

Outre la nécessité du renouvellement du " 3rd Country fabric ", Paul Ryberg et Maurice Vigier de La Tour évoqueront la tenue du prochain Forum de l'AGOA, du 6 au 8 juin prochain à Lusaka en Zambie. Paul Ryberg se trouvait ces derniers jours à Lusaka pour les préparatifs en vue de ce forum qui sera normalement axé sur deux volets : a) politique, avec des interventions politiques des dirigeants américains et africains ; et b) secteur privé, avec des ateliers consacrés à des thèmes touchant directement les entreprises et les investisseurs.

Menace

On prête aussi l'intention à Paul Ryberg de faire état lors de la rencontre de mercredi de ce qu'on qualifie de menace sur les exportations textiles et d'habillement des pays d'Afrique subsahariens bénéficiaires de l'AGOA, menace que représenterait l'adoption d'un texte de loi accordant au Bangladesh, au Cambodge et au Vietnam la possibilité d'un accès " Duty Free Quota Free " (DFQF) pour leurs exportations textiles vers le marché américain. Une partie du Congrès américain n'approuve pas ce texte de loi. D'autre part, il y a également, selon la MUSBA, la " menace " du ROZ Bill, qui offre au Pakistan et à l'Afghanistan des privilèges hors-taxes. Le Pakistan, souligne-t-on, est un concurrent pour le textile africain. " Si on accorde de tels privilèges au Bangladesh, au Cambodge, au Vietnam et au Pakistan, l'AGOA perdre certainement de sa valeur et de son efficacité ", a fait ressortir Maurice Vigier de La Tour.

Analysant les données officielles, Maurice Vigier de La Tour observe que pour la période janvier-novembre 2010, les exportations de produits d'habillement de l'Afrique subsaharienne vers les États-Unis ont baissé de 16% comparativement à la période correspondante de 2009. Cette réduction est attribuable en grande partie à la non éligibilité de Madagascar depuis début 2010. " Si l'on enlève Madagascar de la liste, on remarquera que les exportations auront progressé de seulement 1%. Maurice a tiré son épingle du jeu en réalisant une croissance de 27% de ses exportations, cela grâce au "3rd Country Fabric". Il a rejoint ainsi le peloton de tête avec à la première place le Lesotho (-2%), le Kenya (+3%) et le Swaziland (+2-3%). ", indique Maurice Vigier de La Tour.

Mais, ce que ce dernier juge inquiétant, c'est que la Chine se maintient largement à la première place des fournisseurs de produits d'habillement au marché américain, avec une part de 40% du total des importations américaines. La Chine a accru ses exportations de 22%. Quant au Bangladesh, au Cambodge et au Vietnam, leurs exportations ont augmenté de 13%, 17% et 24% respectivement. " Le Bangladesh à lui seul fait 6% du total des importations américaines alors que l'Afrique subsaharienne toute entière, sous l'AGOA, ne réalise que 0,4%. S'il n'y avait pas l'AGOA, l'Afrique subsaharienne n'aurait même pas été sur la carte ", a souligné Maurice Vigier de La Tour.

Maurice, a-t-il ajouté, a tout intérêt à réclamer l'extension du " 3rd Country Fabric ", d'où la campagne envisagée. Il y a des exemples de réussite au niveau des exportations : Esquel, Aquarelle, Firemount, entre autres. Toutefois, les efforts de marketing doivent être multipliés sur le marché américain.