Il n’y eut point de surprise dans la deuxième manche du championnat des 4-ans samedi dernier avec la victoire de Hard Day’s Night, qui justifia sa cote de favori. En l’absence d’Executive Power, son dernier vainqueur, l’élève de Rameshwar Gujadhur ne s’est pas fait prier pour aller cueillir sa première victoire au Champ de Mars et prend dans la même foulée la tête dudit concours dont la dernière et ultime manche se disputera lors de la 17e journée sur 1850m. Hard Day’s Night a aussi permis à son établissement d’ajouter une autre épreuve phare à son palmarès 2017 après le Trophée du Bicentenaire remporté une semaine plus tôt avec Blow Me Away. Rye Joorawon, pour sa part, commence à s’imposer tout doucement au sein de son nouveau yard, Hard Day’s Night étant le sixième vainqueur qu’il ramène pour son nouvel employeur.
À l’exception de Memphis Mafia et Netflix qui se montrèrent lent à l’ouverture des boîtes, tous les quatre autres protagonistes, à savoir Noah’s Ark, Hard Day’s Night, Greatfiveeight et Speed Limit, s’élancèrent pratiquement ensemble, à tel point qu’après 200 mètres de course, il était difficile de dire qui allait prendre la direction des opérations. C’est finalement Speed Limit qui prit les choses en main non sans avoir été “travaillé” par Hard Day’s Night sur qui Rye Joorawon fit parler son expérience.
Une fois dans la position tête et corde, le porte-drapeau de l’entraînement Ricky Maingard réduisit quelque peu l’allure, ce qui obligea Rye Joorawon à décaler Hard Day’s Night en one-off des barres intérieures pour éviter les talons du meneur. Greatfiveeight, qui s’était entre-temps rapproché, fut poussé encore plus vers l’extérieur, alors qu’à distance respectable on retrouvait Memphis Mafia et Noah’s Ark, pratiquement sur la même ligne, tandis que Netflix fermait la marche.
Speed Limit tenait bien sa partie et au passage de la route, hormis Netflix et Noah’s Ark qui avait du mal a suivre le rythme, tout restait encore possible pour les quatre autres concurrents. Profitant que le meneur tergiversait à lancer franchement le sprint, Greatfiveeight passa à l’offensive aux 350m. Rye Joorawon ne paniqua pas et attendit patiemment la dernière ligne droite pour lancer Hard Day’s Night.
Speed Limit aborda la dernière ligne droite en vainqueur, mais on se rendit compte qu’il avait des difficultés à changer de vitesse. Ce dont en profita Hard Day’s Night, qui s’amenait en pleine piste. Même s’il donna l’impression de le faire laborieusement, le pensionnaire de Rameshwar Gujadhur prit la mesure de Speed Limit avant de laisser sur place ce dernier pour aller remporter sa première victoire mauricienne, à la grande joie de ses propriétaires. Greatfiveeight, dont l’entourage est persuadé qu’il y avait de la place pour mieux faire si Girish Goomany avait amorcé son attaque plus tôt, conclut honorablement pour souffler le premier accessit à Speed Limit malgré le fait qu’il ne put être assisté comme il se devait de l’être dans la dernière ligne droite. Hard Day’s Night couvrit les 1600m en 1.38.93, ce qui est loin d’être un temps phénoménal.
Contrairement aux deux journées précédentes, ce 12e acte a été plutôt l’affaire des favoris qui assurèrent leur supériorité dans sept des huit courses au programme. L’exception à cette règle a été Brachetto qui, à 39/1, est venu s’ajouter à la liste des plus grosses surprises de ce début de saison, lorsqu’il bouleversa les pronostics dans la septième épreuve. L’entraînement Simon Jones signait par là même le doublé, après avoir débuté la journée avec la victoire de Montante (Allyhosain). Brachetto a aussi permis au Britannique Andrew Elliott de goûter à son premier succès à Maurice. Après une journée “sans”, Brandon Lerena et l’entraînement Gilbert Rousset ont pour leur part repris leur bonne vieille habitude en s’adjugeant un doublé signé Dawn Raid et Tabreek, tandis que les trois autres épreuves ont été remportées par Perdrau (Sunset Breeze), Gujadhur (Cape Horn) et Merven (Seven League Boots).