Trois semaines après l’écroulement de l’empire Dawood Rawat, l’heure des comptes a sonné. D’abord pour le Chairman Emeritus du groupe BAI sur qui pèse un mandat d’arrêt  international exécutable à tout moment telle une épée de Damoclès. Les tentatives de négociations avec le gouvernement en vue d’un Face Saving Device pour le récent récipiendiaire de la légion d’honneur  présenté comme l’alter ego de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, n’ont jamais été « on the cards ». Lors du point de presse d’hier, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a confirmé qu’il n’y a jamais eu de négociations entre le gouvernement et la BAI.
D’ailleurs, l’arrestation de Dawood Rawat constituera un tournant majeur dans la BAI Mega-Financial Scam. Il est confirmé que le patron de BAI est « Wanted » sur le plan international pour le délit de détournement et de blanchiment de Rs 6 milliards provenant des contributions au Super Cash Back Gold. Une bataille légale se prépare actuellement à Londres pour contester l’extradition de Dawood Rawat à Maurice. Tous les moyens possibles sont envisagés à cet effet.
À Maurice, la semaine prochaine s’annonce délicate pour les membres du clan Rawat, en l’occurrence les deux filles Adeela et Laina et leurs conjoints Claudio Feistritzer et Brian Burns de même que des membres du Top Management du groupe. Une fois que les Conservators de PwC, André Bonieux et Mushtaq Oosman, auront consigné au Central CID une déposition à charge sur le détournement de fonds et le mécanisme de blanchiment de fonds, les arrestations et les inculpations se multiplieront. Il y a encore l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), qui devra se mettre de la partie sur d’autres aspects du scandale.
Entre-temps, le Premier ministre a révélé les détails du Package pour soulager le fardeau des victimes de l’arnaque Rawat. Les 24 610 polices d’assurance du Super Cash Back Gold concernent 14570 personnes. Un véritable ouf de soulagement pour les 8240 personnes, qui ont investi jusqu’à un maximum de Rs 500, 000, soit 12 001 police d’assurance. Ils verront le remboursement de la totalité de leur placement au plus tard le 15 mai, soit un décaissement de Rs 2,5 milliards.?Quant aux 7846 personnes (12 689 Policy Holders) qui ont investi plus de Rs 500 000, ils auront un remboursement de Rs 500 000 chacun au plus tard le 30 juin. Cela coûtera un total de Rs 3,9 milliards (voir tableau plus loin).
Un autre volet de l’enquête concerne le recouvrement des fonds détournés et transférés à l’étranger. Sir Anerood est des plus catégoriques à ce sujet. « Nou pou al tir tout kofr nimport kot li ete », a-t-il dit. En effet, avec le Disclosure Order obtenu par le commissaire de police sur les 159 compagnies de l’empire Rawat, les autorités pensent pouvoir établir de manière formelle le BAI Money Trail et également récupérer le maximum possible. Mais cet exercice devra s’avérer long et fastidieux.